Tag Archive: spiritualités nouvelles


«Dans cette société, on ne peut pas vivre sans être coupable, sans être corrompu par cette manière dont on vit ensemble, par cette manière dont on exploite les autres. En fait, tout est une question de degré. Il y a des gens qui sont responsables de la misère à un plus haut degré et d’autres qui le sont en se taisant, en adoptant un silence qui les rend coupables. Cela dit, il ne faut pas être trop déprimé par rapport à ça. Parce que c’est aussi une tactique de la politique de nous faire penser que nous sommes le problème, alors que c’est la structure corrompue dans laquelle nous vivons qui est la source de tous ces dérèglements.»

le metteur en scène allemand Thomas Ostermeier, de passage à Montréal au FTA pour monter

la pièce phare du Norvégien Henrik Ibsen « Un ennemi du peuple ».

Detail of photograph taken in 1900 of...

English: Detail of photograph taken in 1900 of Henrik Ibsen. (Photo credit: Wikipedia)

À première vue, à la première lecture, j’applaudis cette vision qui me semble vraiment pertinente… Mais en relisant, je me rends compte que si je suis en accord avec les tenants, je diverge assez sur les aboutissants. À travers Ibsen, Ostermeier dit que nous, les humains, ne sommes pas le problème, c’est plutôt la structure politicoéconomique, le capitalisme, qui nous rend mauvais, qui nous détourne de ce que nous devrions être. En effet, j’abonde en ce sens : c’est  ce système qui favorise deux des poisons mentaux de l’humain : l’égoïsme et l’avidité. On se rend de plus en plus compte à quel point il nous détruit parce qu’il détruit l’environnement dont nous sommes issus. Mais encore ? Est-ce LE point final après quoi tout a été dit? Quel autre système socioéconomique aurait favorisé une meilleure humanité ? La monarchie ? La dictature ? Le communisme ? L’impérialisme ? Le régime seigneurial des serfs ? « L’autochtonisme » des premières nations ? N’est-ce pas des hommes qui les ont créés, répandus puis imposés sous peine d’exclusion ou de mort ?

Le capitalisme pose « la question de l’espace qui reste à la vérité dans une société où tout est dicté par l’économie.» T. O.

Ne tourne-t-on pas en rond en reportant sur les structures les problèmes de l’humanité ? Pire : en disant qu’il s’agit d’une stratégie de la politique pour nous affaiblir ? Ce n’est sûrement pas un hasard que ce soit un Allemand qui affirme cela. Comme tous les peuples, ils ont des comptes à régler avec leur histoire, mais peut-être davantage que les autres avec leur histoire récente. Cela teinte forcément leur point de vue.  (Mais cela est une autre histoire).

Devant le même constat déprimant de Ostermeier du « tous coupables, tous corrompus », et devant le triste spectacle de la Commission Charbonneau *, je parviens à une tout autre conclusion. N’est-ce pas une forme assez perverse de silence que de reporter sur les autres, sur le système, les problèmes que nous vivons? N’aurions-nous pas avantage au XXIe siècle à regarder davantage dans les mains et dans le cœur de l’homme (et de la femme)?

«Toutes les actions humaines ont pour mobile la faim et l’amour» Anatole France

Quels sont les mobiles profonds qui nous poussent individuellement et collectivement à dominer et à profiter des faiblesses des autres? À vouloir plus d’énergie ? À vouloir plus d’argent, plus de cette richesse ostentatoire du matériel? À prétendre quelque chose et à faire son contraire ? À se mentir à soi-même? À se fermer les yeux sur les injustices ? À ne penser qu’à soi ? Ou inversement, à désirer plus de communion, à manifester notre attachement à l’art ? À nous indigner puis à passer à l’action ?

Ce qui est corrompu : « cela est provenu de ce que la douce indifférence s’est unie à la rigide inertie, si bien que les conditions ont dégénéré en stagnation […], une conséquence d’un mauvais usage de la liberté humaine qui a causé l’état de corruption. […] À l’indifférence et l’inertie qui ont provoqué la corruption doivent se substituer la résolution et l’énergie pour qu’à la fin apparaisse un nouveau commencement.» Yi King, principes de philosophie taoïste, traduit par R. Wilhelm

C’est ici que le spirituel (et non le religieux) rejoint la politique. Il est évident qu’une société où nous prendrions conscience en bas âge de la connexion profonde qui nous unit aux autres et de l’illusion de la séparation et de la solitude permettrait un tout autre déploiement des qualités et des faiblesses humaines. Mais sans tomber dans le dogmatisme idéologique et comportemental des sociétés tissées serrées… Après de multiples pseudos réformes de l’éducation, ce serait LA véritable révolution, à mon sens. Cette nouvelle relation à l’autre et à la différence, elle commence dans les cours d’école, là où se passe l’intimidation et au travail là où se vit le harcèlement. La culpabilité, la corruption, c’est aussi cela au quotidien. La récente polémique autour du clip College Boy du groupe français Indochine le montre par l’absurde. En attendant, en tant que parent, nous pouvons y voir dans notre famille et éventuellement dans le choix d’une école alternative. Dans le mouvement des Indignés, voilà aussi ce que j’ai entrevu et pressenti de beau, de neuf, d’une part, et les déceptions que j’y ai vécues d’autre part. Voilà ce à quoi je rêve. Je rêve aussi que je rêve. Dans mon rêve, je suis convaincue d’être dans la réalité. Dans la réalité, je me demande si je ne rêve pas. C’est le doute créateur.

Voir le rêveur de sa vie

Voir le rêve dans le réel

Montrer le réel dans le rêve.

*Au Québec, la commission judiciaire indépendante menée par la juge France Charbonneau sur le financement des partis politiques et les relations entre l’industrie de la construction, la mafia, les firmes de génie conseil et autres et les gouvernements municipaux et provincial fait la manchette quotidiennement depuis l’automne dernier. Un scandale n’attend pas un autre et a mené notamment jusqu’à maintenant à la démission des maires de deux plus grandes villes du Québec, soit Montréal et Laval.

Liens :

Au sujet de la corruption : « Je m’aperçois qu’il y a deux ou trois choses qui reviennent dans mes livres : le morcellement de notre perception du monde, ce qui rend difficile le fait de lui donner un sens; les comportements aberrants qui nous poussent vers l’autodestruction collective; le mélange de naïveté et d’aveuglement volontaire qui nous fait fermer les yeux sur nos comportements les plus délirants…» Jean-Jacques Pelletier

Publicités

« Celui qui trahit l’amour / que Dieu l’frappe à son tour/  qu’il rampe en se tordant comme limace et comme serpent / … / Même cette petite  bête frêle / la fourmi comme on l’appelle / grosse de corps, à tête grêle / la taille fine et belle / qui chemine sous les sentiers / sa parole sait respecter / Mais nous autres, bons chrétiens / de parole, n’en avons point/ … »

Paroles de la chanson de Maria Tanase «La Malédiction d’amour», sur mon disque « Arraché »

English: Romanian singer Maria Tanase

Romanian singer Maria Tanase (Photo credit: Wikipedia)

Eastman 2011 la biche 3

Biche à Eastman, Photo Crédit_Ève Marie

Vous arrive-t-il de pleurer pour la Terre? Quand vous pensez à sa beauté et à sa terrible colère, ses lacs majestueux sur fond de bleu ultramarine* taché de blanc avec ses vifs poissons, cette biche qui vous observait lors de votre dernière rando, ses abeilles butineuses ou ses fourmis puissantes, son eau lancée en cascade multicolore dans des rayons de soleil, ses mers puissantes et magiques (avez-vous vu le film «Histoire de Pi?»), ce beau garçon qui marchait nu pieds sur un tapis de bourgeons jaunes dans le parc, tout ça pollué détruit de plus en plus vite par l’homme, cela ne vous tire pas au moins une larme ? Moi, si. Dans mes méditations, je demande toujours à la Terre-Mère de nous pardonner pour nos terribles abus et de nous inspirer à comment la protéger, à l’heure où les journaux annoncent que nous avons franchi un seuil critique de CO2. Je pense à mes petits gestes quotidiens pour elle, tandis que déjà cette pensée, lorsqu’elle est partagée par des milliers de personnes, met quelque chose en action…

N’est-ce pas la posture traditionnelle des peuples autochtones de protéger la Terre ?

Tulipe. Crédit photo_Ève Marie

Tulipe. Crédit photo_Ève Marie

* Pour les peintres, et selon mon amie Marina Maslovskaia «il y a deux [couleurs de bleu] qu’on utilise surtout – cyan, teinte plutôt turquoise, emblématique couleur ciel  version orientale et bleu-roi, surnom de lultramarine, version ciel peinture occidentale, plus froide. Toutes les deux sont les couleurs naturelles minérales, c’est-à-dire non concoctées selon la grille des proportions des ingrédients, mais juste broyées telles quelles; pour l’ultramarine, c’est la lapis-lazuli, je crois, mais pour le cyan, j’ai oublié, cela peut bien être justement la turquoise.»

Lapis lazuli owes its blue color to a sulfur r...

Lapis lazuli owes its blue color to a sulfur radical. (Photo credit: Wikipedia)

LA PASSION POUR LE BLEU

« Le pouvoir de la compréhension profonde se trouve dans le bleu […] Le bleu est la couleur céleste par essence. La sensation ultime qu’elle crée est celle du repos. Quand il devient sombre presque au noir, il répercute une douleur à durée humaineKandinsky – Du spirituel dans l’art

Le bleu est « le plus ancien des pigments synthétiques et il était vénéré au Moyen-Âge comme emblématique de la pureté divine.» Fait intéressant, c’est longtemps après l’Antiquité que le bleu a pris sa place de couleur primaire, longtemps après le rouge et le jaune. » Les Anciens n’avaient pas la perception du bleu que l’on a aujourd’hui, ni les connaissances scientifiques. Aristote lui-même considérait seulement deux couleurs primaires, soit le blanc (!) et le jaune doré. Et malgré l’apparition vers 1704 d’un pigment bleu représentant la première couleur artificielle moderne, les peintres souffraient de l’absence d’un bleu accessible de grande qualité jusqu’au XIXe siècle. Le fait est qu’un bon bleu était difficile à trouver.» (source : P. Ball – histoire vivante de la couleur)  Et un bon bleu était très cher. Pour cette raison, pour les commandes, les peintres exigeaient habituellement de leurs clients qu’ils fournissent le bleu, couleur qui était aussi symbole de prestige.

Ne dit-on pas « avoir du sang bleu », comme une expression de sang royal ?

Dans la représentation cosmologique des autochtones de l’Amérique du Nord, le bleu n’existe pas non plus, ou il est une interprétation du noir, dans des versions plus sophistiquées. Ils utilisent généralement quatre couleurs pour les quatre saisons, les quatre états et les quatre animaux ici :cercle-médecine

Roue de médecine atikamekw au Québec :

– le jaune : l’esprit, le monde spirituel, l’aigle, le printemps.

– le noir : le corps, le monde matériel, l’ours, l’automne.

– le rouge : le cœur, le monde affectif, le loup ou le saumon, l’été.

– le blanc : la tête, le monde mental des pensées, la tortue ou le bison, l’hiver.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Yves Klein Blue

Yves Klein, IKP

En 1960, le peintre et performeur français crée son bleu avec le chimiste Adam, un bleu velouté et intense qui ne perd pas son intensité au contact avec d’autres matériaux, le « IKP 79 ».

« Qu’est-ce que le bleu ? Le bleu est l’invisible devenant visible… Le bleu n’a pas de dimension. Il est au-delà des dimensions auxquelles les autres couleurs participent.» Yves Klein

Yves Klein, 1959

Yves Klein, 1959

 */*

Lien : Écoutez la chanson originale chantée par la Roumaine Maria Tanase sur http://lyricstranslate.com/fr/Maria-Tanase-Malediction-dAmour-lyrics.html

Lien sur la roue de médecine : http://rouedemedecine.wordpress.com/roue-de-medecine/

Lien : blogue intéressant sur la couleur bleue dans la peinture : http://morethanjustwine.blogspot.ca/2011/01/infinity-in-art.html

Lien : blogue  intéressant d’une personne impliquée dans Mouvement pour la Transition et le Mouvement québécois pour une décroissance conviviale : http://wolesmoteurs.net/la-peur-de-manquer/

Germination, manifestive

Mes archives

 J'ai écrit ce texte en 1999, pour mon indicatif d'appel de Sonart, émission que j'ai animée et réalisée à CKUT radio McGill pendant 8 ans. J'aime le relire et le partager de temps en temps.

C’est toujours un miracle à chaque fois

Créer du radicalement neuf

Transformer notre héritage

Chercher la continuité, la synthèse,

et chercher la rupture.

Toucher l’étrange, le secret, le contradictoire

Dire tout ce qu’il y a à dire

Mettre le feu aux poudres

Plonger au plus profond de soi

Exprimer l’ineffable, la force vitale

Se brancher sur l’inconnu

sur ce qui n’est pas encore

sur ce qui devient ou prend forme

sur la germination.

Voir le rêveur de sa vie

Voir le rêve dans le réel

Montrer le réel dans le rêve

Arriver à se chauffer dans le froid

trouver à manger un peu

«Et de l’argent pour les amants» (Gilbert Langevin)

Entendre tous les soleils éclater dans le ciel

Sentir la vie se recomposer peu à peu

Voir venir les nouveaux risques

Ceux qui ne ressemblent à rien

Cesser de traduire constamment le passé

mais y rester relié dans le temps

[AJOUT au texte intial, août 2012]

dans le temps où les bouleaux blancs
nous prenaient encore dans leur bras
ou se retrouvaient dans notre soupe

Autrefois nos premières fenêtres étaient en papier à la cire d’abeille
Aujourd’hui, quelqu’argent et technologie plus tard
On a un peu plus chaud derrière nos vitres
Mais un peu plus froid dans notre cœur
À regarder le monde passer

Chercher la fusion des temps

le point focal où tout se concentre

Être capable d’y résister sans trembler

Franchir le seuil de sa peur

Ouvrir son cœur et connaître

Trouver la bonne perspective

Visiter toutes les planètes

Comprendre la différence et l’unité

Renforcer son esprit, son cœur, son âme

Et son corps aussi

Matériel spirituel

Trouver tous les petits espaces où on peut rire un peu

Mettre un grain de sable dans la machine

Faire dérailler le train qui se jette dans le vide.

Chut! C’est un secret ne le dites à personne.

Crédit photo: Ève Marie «Veines de terre»

Ek Balam Stucco facade detail

Ek Balam Stucco facade detail (Photo credit: Wikipedia)

Voici quelques infos et commentaires de la part d’une amie Guatémaltèque-Maya, Rosa, au sujet de cette interprétation de « fin du monde », plus justement = le début d’un cycle :

« Malheureusement, il y a des gens qui tergiversent sur l’essence du message de mes ancêtres. Il y a plein des charlatans qui utilisent la peur (le fameux film sur la fin du monde, entre autres, que je n’ai pas vu) pour se remplir leurs poches. On entend pas mal des conneries ces derniers temps.

Le cycle était déjà commencé, et il clôture le 21 décembre 2012.

Pour revenir sur le Oxlajuj 13 B ‘actun (fin de cycle du calendrier maya), c’est simplement un appel à une prise de conscience. Tant humaine, écologique, planétaire, en fait, une nouvelle vision d’avenir, contraire au chaos qu’on vit en ce moment avec tous les humains de la planète Terre. L’amour, la solidarité, des visions alternatives venant des citoyens, une spiritualité sans dogmatisme, enfin, tout ce qui fait du bien à l’humanité pour atteindre la paix et l’harmonie entre nous les vivants et notre mère la terre. Je m’entends et on dirait que c’est pas mal utopique, sauf qu’avec tout ce qui arrive, il faut agir pour laisser un héritage aux prochains qui prendront le flambeau, car on ne sera pas éternel, physiquement parlant. Voilà ma lecture de ce grand événement.»

 */*

Tout le monde a parlé, écrit (et vendu) à la place des autochtones. Mais qu’est-ce que les Mayas ont à dire sur ce sujet et sur leur histoire ? Pour plus d’information sur la culture maya, voir l’excellent documentaire au http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=UwvpsVsawMg#at=576

dont voici quelques extraits :

Actuellement [2012], la période du 5e soleil prend fin d’un cycle de 26,000 ans : «No specific date is important; what’s important is the moment where we can make a change in the human system, in the mind and in the heart.»

D’autres versions parlent plutôt de cycle de plus de 5,000 ans.

Au Continental Gathering of Spiritual Guides Lximché, au Guatemala, en 2010, les hommes et femmes-médecines n’ont pas confirmé de date exacte de cette fin d’ère, mais on dit que nous étions très proche dans le temps. Ils ont partagé leurs visions et il est dit que : «nous devons nous préparer nous-mêmes parce qu’il y aura définitivement un changement d’énergie.» «Nous avons simplement à célébrer cela et faire des remerciements [à la Terre-Mère] parce que nous allons expérimenter un très intéressant moment de notre histoire.» Felix Armando Sarazua Raxtunn, homme médecine (guide spirituel), Guatemala.

«They say that from now to 2012, the world will end. Lies! The world isn’t ending. It’s the opposite: we are finishing ourselvess off.» Maria Amalis Mex Tu’n, Mexico.

«Dans la vision du monde maya, le changement d’ère en 2012 signifie que l’énergie féminine de la terre gagne une nouvelle force.»

«La Terre-Mère nous demande : pourquoi tu m’as fait ça? S’il te plait, vas-tu m’aider ou pas?» «Va à la montagne, sur les rives du fleuve, à la campagne, là où tu peux sentir son énergie. Demande le pardon, parle au vent.»«S’il te plait, garde cela dans ton coeur, ne perd pas espérance, c’est ce qui va sauver notre Mère.» Maria Teresa Lopez Villagrez, femme-médecine (guide spirituelle), Guatemala.

*/*

Pour info (en espagnol assez facile à déchiffrer) qui parle de « nouveau cycle » ou « nouvelle ère » :

O X L A J U J      B’ A K T U N

21 de Diciembre, una fecha que marca el inicio de la nueva era…

« El 21 de Diciembre de 2012 es una fecha especial, es un día que marca el fin e inicio de una era Maya

Oxlajuj, en varios idiomas  mayas significa número trece (13) y B’aktún, se refiere a un periodo de 400 años.

Este 21 de Diciembre, estaremos cerrando un ciclo de 13 B’aktunes, que hacen un total de 5,200 años. Concluye una era. Las eras son los distintos espacios de tiempo cíclico de evolución del mundo y el ser humano. Según la cultura maya, han transcurrido varias eras cósmicas desde que apareció la vida sobre la tierra. La era actual (el 13 B’aktun) culmina el 21 de diciembre de 2012.

Guatemala se constituye como el punto de encuentro  para iniciar  una armonización  material y espiritual, que nos prepara para transitar por el cambio de ciclo del tiempo, a través de la cosmovisión, legado de los ancestros mayas..»

Sur le site : http://mcd.gob.gt/amanecer-maya  + Voir le clip qui est très beau aussi.

___________________________————————————————_______________________

cuarta CEREMONIA MAYA

DEL FUEGO NUEVO

DE CHICKABÁN
2 0 1 2

EK BALAM

Un nuevo ciclo inicia,

una nueva ofrenda comienza.

27, 28 y 29 de noviembre

Ecoaldea Maya Kaxan Xuul,

en la comunidad de Ek Balam,

Yucatán; México.

Voir le site http://centroceremonialmaya.blogspot.ca/

Passez donc le mot…

Mes corps bruts

rassemblement d'espaces

le Blogue de la Bibliothèque publique de Pointe-Claire

Programmation pour adultes et audiovisuel

REEF

Life in the vast human ocean

Club de lecture en ligne

4 out of 5 dentists recommend this WordPress.com site

El blog de Gabrielvl

Memoria de cosas valiosas, interesantes, divertidas o bellas

savoymedia

OSER le dire, OSER l'écrire, OSER le lire, OSER comprendre!

Humeurs Numeriques

Qui suit un autre, il ne suit rien : Il ne trouve rien : voire il ne cherche rien. (Montaigne)

Politique scolaire québécoise

La démocratie, en milieu scolaire???

blog OcraM

barbos . photos . blablas

%d blogueurs aiment cette page :