Tag Archive: guerre


« je laisse en toi voler des oiseaux blancs

[…]

nos morts ne s’envolent  pas

sinon en nous-mêmes »

Paul-Marie Lapointe, «Hibernation»

J’avais promis dans mon dernier billet sur l’état mental de la maladie d’y donner suite, mais je n’ai pas encore trouvé les mots. Ce n’est que partie remise.

Pour le jour de Pâques j’aimerais produire un billet de renaissance printanière qui se termine de façon constructive, inspirante. Mais avant, il semble qu’il faille passer par le tragique et yeux bien en face. J’avais voulu commencer ce blogue (en juillet 2012) en disant : le temps des corrompus est terminé ! Maintenant j’écris : le temps du déni est terminé. Voyons voir.

L’actualité se bouscule et cette semaine, c’était les attentats tragiques à Bruxelles du groupe armé État Islamique (EI) qui ont fait 32 victimes civiles innocentes et 340 blessés. Comment avez-vous vécu cela ?

Gulf_War_Photobox_WIKIpédiajpg

Guerre du golfe, 1990. Dans le sens des aiguilles d’une montre depuis le haut: USAF F-15E, F-16 et F-15C volant au-dessus des puits de pétrole koweïtiens en feu; troupes britanniques du régiment de Staffordshire pendant l’opération Granby; vue par caméra d’un Lockheed AC-130; « autoroute de la mort »; M728 Combat Engineer Vehicle. Crédit photo : Wikipédia

Comme vous le savez sûrement si vous êtes Canadiens, le Canada est officiellement en guerre contre le groupe EI depuis plusieurs mois, action déclenchée par l’ancien gouvernement fédéral conservateur Harper (1) et maintenue par le nouveau gouvernement libéral Trudeau, quoiqu’avec des moyens assez différents, plus axés sur la formation. Avec une coalition d’une soixantaine de pays.

Un commentateur journaliste, Joseph Facal, aussi ancien ministre sous un gouvernement provincial péquiste, a déclaré cette semaine à l’émission Bazzo.tv que « nous étions en guerre », ce qui a surpris les gens, peu habitué à entendre ce mot, surtout, qu’apparemment, le gouvernement Trudeau ne l’a pas employé pour justifier les nouveaux millions destinés à être dépensés en Irak et en Syrie. Même l’ancien gouvernement n’aurait pas utilisé le mot « guerre », selon un autre journaliste, ce qui m’a vraiment surprise, ce serait à vérifier effectivement, car en ce domaine, la sémantique diplomatique n’est pas le fruit du hasard et est plutôt fortement significative pour tout observateur politique averti. Sur les ondes de l’émission de Gravel le matin, à Radio-Canada, Nicolas Hénin, journaliste français spécialiste des mouvements djihadistes et ancien otage dit que « L’État islamique cherche à nous entraîner dans la guerre, mais il faut se retenir d’employer le discours guerrier de l’ennemi. […] Le terrorisme est une guerre de propagande », souligne-t-il. «Cet état islamique est en quelque sorte le miroir très désagréable des dysfonctionnements de notre société» (2).

Ceci dit, les médias occidentaux ne reflètent pas correctement la réalité du terrorisme actuel. On oublie que que les actes terrorismes pour d’autres causes ont été très importants dans les années ’70. On ne se sent pas suffisamment compte qu’encore aujourd’hui, de terribles attentats visant des chrétiens sont survenus… dans un parc à Lahore au Pakistan, faisant 72 morts et 300 blessés, dont de nombreux enfants musulmans (3). Rappelons que les attentats terroristes des moudjahidines, toujours perpétrés par cette fange salafiste ou wahabiste (djihad du Moyen-Orient et de l’Afrique) ou par les Talibans afghans ou pakistanais, sont plus fréquents dans leurs propres pays. Ils sont à très grande fréquence, quasi-quotidienne à Bagdad et ont fait des milliers de morts parmi les civils cette année (4). Au Nigeria par exemple, la fréquence de ce type d’attentat est bi-hebdomadaire comme le faisait remarque le journaliste Jean-Jacques Sanson à l’émission Midi-Info sur Radio-Canada (5)… et que les médias internationaux suivent peu. Cette distorsion dans le rapport de l’information nous donne une fausse représentation de la réalité.

Il y a aussi donc des questions à poser à ces porteurs de la vision/interprétation hyper-conservatrice (charia) et anti-femmes de la religion musulmane. Un très rare témoignage de l’intérieur du groupe EI vient de paraitre, écrit par Sophie Kasiki «Dans la nuit de Daech. Confession d’une repentie» (6) qui aide à comprendre les manque psychologiques et émotionnels qui amènent des Occidentaux à se rendre en Syrie pour combattre. Autre piste de compréhension : l’échec des politiques de division du Moyen-Orient par les puissances occidentales au XXe siècle, en commençant par les tractations anglaises avec Laurence d’Arabie pendant la 1re guerre mondiale où l’Angleterre a fédéré des nations arabes pour provoquer la chute le l’Empire Ottoman.

Bref, il faut non seulement réfléchir à ce qu’implique collectivement et personnellement être en état de guerre politique et à ce qu’on peut faire individuellement si tel est le cas, comme actuellement, pour cultiver plus que jamais un état mental sain et pacifique, capable de prendre de bonnes décisions, capable de résister à la propagande de la haine et de l’intolérance et capable de développer/continuer des relations saines et aimantes autour de soi. Comme le disait un autre journaliste lors de cette émission de télé, c’est dans les périodes de guerre qu’on voit les comportements les plus aberrants et inhumains se produire. Il importe de ne pas se fermer les yeux et d’aborder la réalité à bras le corps aussi franchement que possible. Assez du déni.

***

Il y a longtemps que l’état de guerre me taraude en tant qu’artiste, auteure et poète. Je m’y intéresse depuis 1995 lorsque j’ai commencé à écrire le «Fiel la bouche» suite à une manifestation monstre à Washington des membres et sympathisants de Nation of Islam « « The Million March Man » et dont je parle brièvement dans un ancien billet portant sur Ed Snowden (7). Plus que la majeure partie des personnes en Amérique, j’ai une peur terrible de la guerre. Je me souviens avoir très mal réagi lors de la 1re guerre contre l’Irak au Koweït déclenchée en août 1990 : « la guerre du Golfe ».  Et vous ? Probablement que vous vous en souvenez à peine. Moi, je m’en souviens exactement, où je marchais ce jour-là d’hiver lors des premières frappes, ce que je pensais alors ce soir-là sinistre, mon insécurité, au début de cette guerre dite « chirurgicale », comme si ce n’était pas de vraies personnes que l’on tuait (8)… Remarquez, je ne suis pas la seule à m’en souvenir, Jean Leloup en a fait une chanson très dansante « 1990 »… Oui oui c’est bien au sujet de cette « Coalition » internationale de 34 pays issus de l’ONU dont la participation modeste du Canada, contre l’envahissement du Koweït par l’Irak. Une « 3e guerre mondiale » qui n’en a jamais porté officiellement le nom, car un seul territoire était visé. Vous en souvenez-vous ? Avez-vous « sauvé votre âme avec cette chanson » ? : https://www.youtube.com/watch?v=VI3C6MROOvY

Il y a longtemps que je nous considère dans cet espace mental de guerre et maintenant matériel et de plus en plus concret. L’avantage que j’ai sur la plupart d’entre vous, c’est que je réfléchis discrètement à la guerre et à la mort depuis longtemps… Thèmes pas très populaires, j’en conviens dans notre société hédoniste, de culture généralement superficielle et consommatoire de l’instant, le « présentisme », comme on commence à l’appeler… Voici donc une partie de l’état de mes réflexions, en commençant par mes débuts à moi.

Voici le poème que j’avais écrit plus ou moins 2 ans avant le 11 septembre 2001 et qui se trouve sur mon premier disque réalisé en 2003.

***

Petite histoire de ce poème : 1re lecture à CKUT (Radio McGill) à Montréal le… 10 septembre 2001, lors d’une entrevue avec Anne Farrell du Mouvement humaniste, au sujet de la violence, de la révolte et du fascisme. Lecture publique la plus récente : le 12 mai 2012, lors de l’évènement JAPPEL12M15M organisé entre autres par Occupons Montréal (Occupy) et des étudiants en grève du Printemps érable, à la Place du peuple (square Victoria) à Montréal.

Déclaration de guerre 15 octobre 1999

par Ève Marie   

 

Gisons, gisant, les lèvres pleines de fumées

Pour qu’ils n’y voient qu’un leurre

pire que la mort

 

Plantons un bulbe d’amour

À chaque coin de rue

 

Cousons cousins des mots incendiaires

sous chaque rebord de robe

Chaque mot prononcé en trop

est une minute de plus à vivre

surtout parler

la bouche un peu moins pleine

J’en connais beaucoup

qui mourront très jeunes

Ou qui sont déjà morts d’overdose

 

hum… [expression de plaisir]

 

Mangeons lentement

les plus belles fleurs du monde

Pendant qu’il en reste encore

Broutons, comme des vaches, s’il le faut

Et râlons, hurlons comme des louves

Pour le prochain enfant à naître

 

aou aou [cri de loup]

 

Il paraît que je suis dans l’espace

Que je marche sur des nuages mal pelletés

Il paraît qu’un rayon vert me porte

(C’est ce que les Djinns m’ont dit)

 

grr grr [grognement de colère]

 

Il paraît que je suis au bord de la crise de nerfs

Au sud, au nord, à l’est,

qu’il ne manque qu’il ne manque qu’une perle

Les petits soldats de bois

Déboulant les escaliers

Ils ont tant de peines

Un seul souffle suffit

pour les faire tomber

Ils sont si bien alignés

 

Il paraît que nous sommes en guerre

Et nous ne le savions même pas.

 

[Écoutez le pièce no7 ci-contre. Désolée pour la répétition commerciale du nom de la compagnie qui a fait le transfert de mon disque sur mp3…]

***

Revenons à aujourd’hui, j’ai fait un rêve bizarre tôt ce matin. Le voici.

Les chatons viennent de naitre et ont été mis dans des sortes de casiers sur l’accoudoir de mon sofa, très peu large –juste la largeur de l’animal. Puis mon chaton le dernier reste et les séparateurs sont enlevés. En passant, je bouscule par mégarde ce chaton et le pauvre, aveugle, commence à tomber à l’intérieur du sofa mais réussit à s’accrocher avec une patte. Pour lui, si petit, cela est très haut, même et surtout qu’il ne voit pas ! Il lâche en même temps un méga « miaou » quasi cosmique super puissant qui me glace d’effroi et je réussis à l’attraper au passage pour ne pas qu’il tombe et le remets doucement sur l’accoudoir. Il me semble que ce cri si fort a été entendu dans le monde entier !

Je me réveille brutalement, à la fois surprise, effrayée et résolue.

Puis je me dis en me réveillant, encore un peu branchée sur mon inconscient, comme une révélation : le chaton, c’est moi, c’est nous les Occidentaux qui sommes tombés en perdant Dieu. La chute est plus grave qu’on l’a pensé jusqu’à maintenant sur nos consciences. Nous en prenons progressivement conscience radicalement, surtout depuis les événements sociaux très troublants des dernières années et surtout des derniers mois. L’inconscient et l’âme de tous sont en panique et se généralisent alors avec des comportements individuels et collectifs de plus en plus aberrants. Nous sommes dans une sorte de cauchemar permanent dans lequel on ne sait comment sortir et duquel il ne suffirait que de… se réveiller… Le réveil est-il proche ? Avez-vous vous aussi entendu ce cri, rêver ce cri du peuple ?

Il reste maintenant de mon rêve ce cri de minou, ce cri animal… Il me semble, maintenant que mon esprit a repris un état de veille quasi « normal », que c’était un vrai cri du cœur (le mien, le vôtre?) qui vient d’être lancé et que tout le monde l’a entendu dans son inconscient… C’est la poète qui parle ici, vous l’aurez compris.

Je les emmerde ces faiseurs de guerre, c’est leur guerre, pas la guerre du peuple. Les mêmes causes de 2001, avec les mêmes moyens donneront les mêmes mauvais effets. Déjà en octobre 2001, alors que j’organisais avec le Mouvement humaniste de Montréal une manifestation contre la guerre en Afghanistan, j’écrivais que cette guerre contre le terrorisme contribue à une spirale de la violence par laquelle le terrorisme ne sera pas défait mais encouragé dans son développement et sa propagation. (voir notre communiqué de presse dans les archives en bas de ce billet).

Pour terminer en riant, pour une fois, très noir : voir ce stand up très ironique de l’humoriste américain George Carlin : https://www.youtube.com/watch?v=CwuP9rMhiQQ

***

Alors que faire ? Je crois qu’il faut cultiver son mental adéquatement par toutes sortes d’exercices visant à le maitriser, non l’annihiler, car il est le propre de la pensée de toujours fonctionner. La méditation est un de ces bons moyens, Mathieu Ricard et Y. M. Rinpotché ont écrit des livres réputés sur ce sujet. Se nourrir aussi de bonnes productions culturelles, être créatif de petites choses chaque jour. Aller chercher la beauté. Aimer recevoir/procurer de petits plaisirs. Nourrir et entrainer son corps le mieux possible. Téléphoner plus souvent, se parler en personne, sortir un peu des nouvelles technologies qui isolent infailliblement. Nourrir, le moment venu, ses amitiés, amours. En revanche, faire les ruptures qui s’imposent… de manière cohérente avec ses valeurs. Cultiver l’empathie comme notre qualité humaine la plus précieuse qui nous distingue des roches. Ralentir!!! Etc. Il faut commencer par l’action la plus facile à atteindre pour progresser. Et vous que faites-vous ?

Quelques idées glanées sur You Tube :

-Do in chinois (automassage) 5 minutes pour bien commencer sa journée : https://www.youtube.com/watch?v=t0XIzXDDsDA&list=PL5rfbOkU_mUW_KRKl3qb1g_YRrixujJs3&index=9

– Exercices de médecine chinoise de qi-gong : https://www.youtube.com/watch?v=559Iw6Tvt8U&list=PL5rfbOkU_mUW_KRKl3qb1g_YRrixujJs3&index=1

ou https://www.youtube.com/watch?v=p72J7YxZa5Q&index=3&list=PL5rfbOkU_mUW_KRKl3qb1g_YRrixujJs3

ou https://www.youtube.com/watch?v=fjzkIDvgNx4&index=3&list=PL5rfbOkU_mUW_KRKl3qb1g_YRrixujJs3#t=7.70839

ou https://www.youtube.com/watch?v=SqHBUVAznCg&list=PL5rfbOkU_mUW_KRKl3qb1g_YRrixujJs3&index=7

– 5 petits rituels pour bien commencer sa journée : https://www.youtube.com/watch?v=8nZ6GYAVnO4&index=10&list=PL5rfbOkU_mUW_KRKl3qb1g_YRrixujJs3

« Il est dans la beauté et dans la vertu

un charme indicible

qui fait tomber les portes de fer

et qui amollit les cœurs de bronze. »

Voltaire

.

___________________________

(1) http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201410/03/01-4806080-le-canada-sen-va-en-guerre-contre-le-groupe-etat-islamique.php

(2) @ 7:22 http://ici.radio-canada.ca/emissions/gravel_le_matin/2015-2016/

(3) http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/466736/attentat-a-lahore?utm_source=infolettre-2016-03-29&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

(4) Selon l’ONU, 575 civils sont morts dans des attentats seulement au mois de mars, et 1196 civils ont été blessés (Source : journal Métro, 05-04-16)
(5) http://ici.radio-canada.ca/emissions/midi_info/2015-2016/

(6) extrait : http://fr.calameo.com/read/000913544a9b626d85584

(7) https://evemarieblog.wordpress.com/2013/12/26/refusons-la-societe-de-surveillance-et-vive-edward-snowden/

(8) « La destruction des usines hydroélectriques et autres installations électriques irakienne, qui a permis d’anéantir les capacités de command and control de l’armée irakienne, a provoqué l’explosion d’épidémies de gastroentérites, de choléra et de typhoïde, en empêchant le fonctionnement des centres de traitement d’eau potable et d’eau usagée. Peut-être 100 000 civils sont ainsi morts indirectement, tandis que le taux de mortalité infantile» (Source : Rizer, Kenneth, « Bombing Dual-Use Targets: Legal, Ethical, and Doctrinal Perspectives[archive], Air & Space Power Journal, mai 2001).

« Le rapport d’une mission de l’ONU, dirigée par le sous-secrétaire Martti Ahtisaari et envoyée en mars 1991 pour évaluer les besoins humanitaires de l’Irak, décrivait l’état du pays comme « quasi apocalyptique ». (Source : Javier Pérez de Cuéllar. Report S/22366 to the United Nations Security Council, detailing the findings of the mission undertaken by Under-Secretary-General Martti Ahtisaari to assess the humanitarian needs arising in Iraq in the aftermath of the Gulf War.) Sur Wikipédia (page consultée le 27 mars 2016). Sans parler du désastre écologique local avec la destruction de 732 puits de pétrole koweïtiens par l’Irak.


de mes archives

19 octobre 2001

Pour diffusion immédiate

 

MOBILISATION POUR LA PAIX

PAR LE MOUVEMENT HUMANISTE DE MONTRÉAL

 

Montréal, 19 octobre 2001.― L’horreur du massacre du 11 septembre et la folie de la guerre déclarée par le gouvernement de George W. Bush et appuyée par le gouvernement canadien contribuent à une spirale de la violence par laquelle le terrorisme ne sera pas défait mais encouragé dans son développement et sa propagation.

Le Mouvement Humaniste de Montréal invite les MontréalaisEs à venir exprimer leur solidarité avec toutes celles et ceux qui s’opposent à cette violence par la participation à ses deux activités dans le cadre de la semaine Option non-violence : une conférence et un débat public sur les alternatives à la guerre le 20 octobre à l’UQAM et une marche pour la paix et la non-violence le 21 octobre au Carré Phillips.

 

Plusieurs actions seront aussi organisées partout dans le monde par les humanistes le 19 octobre, dans le but de dénoncer la violence et de proposer des alternatives. Parmi les dizaines d’événements prévus, notons la campagne d’information publique à l’Union Square à New-York,  un rallye devant l’ambassade de Grande-Bretagne à Zurich, une marche de protestation à Munich, une minute de silence dans plusieurs écoles en Grèce, une démonstration publique dans la région du Trans-Nzoia au Kenya, la visite des ambassades à Buenos Aires, une marche pour la paix en Hongrie, une visite des consulats à Hong Kong.

 

Le Mouvement Humaniste International réprouve fermement les attaques des États-Unis et de la Grande-Bretagne contre l’Afghanistan, qui semblent faussement motivées par un combat contre le terrorisme.

 

  1. CONFÉRENCE POUR LA PAIX

Samedi le 20 octobre : « Quelle alternative à la guerre ? »

À 12h30 à l’UQAM, au RM-150, niveau métro Berri-UQAM,

pavillon Alexandre-de-Sève, coin Ste-Catherine et Sanguinet

Conférenciers invités :

Dr Silvia Bercu, membre du mouvement humaniste de Londres

  1. Rezeq Sariq, membre co-fondateur du Groupe Palestiniens et Juifs Unis (PAJU).

 

  1. MARCHE POUR LA PAIX ET LA NON-VIOLENCE

Départ : Dimanche 21 octobre à 12h30 au Carré Philipps (coin Ste-Catherine et Union)

Le Mouvement Humaniste de Montréal invite tous ceux et celles qui sentent l’obligation de conscience de manifester leur désir de dire non à la guerre, en participant à une grande marche pour la paix et la non-violence et montrer leur refus à une réponse militaire fait au nom du droit à la vie et de la «liberté immuable».

Le peintre Nikolaï Kupriakov, dévoilera une nouvelle peinture ayant comme titre «U.S. War Department kill everybody that is not with us». Le groupe Sertao avec Lavanya Narasiah (voix, percussions) Nicolas Lépine (guitare), Geneviève Lapointe (sax) et Jean-François Bourdon (basse), seront également présents ainsi que d’autres surprises.

 

Pour information :

Courriel : humaniser@hotmail.com, site internet : http://www.geocities.com/forumhumaniste

 

-30-

 

Source : Ève Marie ou Ali Z.

Voir également  notre communiqué de presse sur le détail de nos activités internationales.

 

 

 

 

Publicités

L’actualité revient parfois en loupe. À la différence que nous, le peuple, sommes collectivement généralement plus conscients des ravages de l’escalade de la violence ET nous sommes plus avisés des dangereux dérapages des agences de sécurité et d’espionnage nationale, grâce aux révélations de E. Snowden sur la NSA/PRISM américaine (1). Dans la foulée de la récente déclaration de guerre du Canada à l’organisation djihadiste Groupe armé État Islamique qui sème la terreur en Irak et en Syrie (7 octobre 2014), et des attentats perpétrés contre deux soldats canadiens en sol canadien (20 et 22  octobre 2014) (2)(3), plus que jamais les moyens diplomatiques de sortie de crise sont préférables aux moyens militaires, comme l’a plaidé hier à Montréal, pendant une petite manifestation du Collectif Échec à la guerre (4), un député de l’Assemblée nationale du Québec :

« Ça fait plus de dix ans que le Canada intervient au Moyen-Orient avec des solutions militaires et des actions qui ont eu comme résultat d’aggraver l’instabilité, la violence, et le terreau du terrorisme. Cela a eu, en plus, comme conséquence d’accroître l’influence du terrorisme dans la région et sur des jeunes détraqués d’ici.» Amir Khadir

Manif contre la guerre

*/*

Je ressors donc de mes archives cette déclaration (malheureusement) toujours d’actualité, et que j’avais écrite à l’époque, alors que je militais contre la guerre en Afghanistan, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001.

mes archives de 2001

DÉCLARATION POUR UN MONDE SANS GUERRE

ET SANS VIOLENCE

     POUR LA CONSTRUCTION D’UNE NATION

PLUS HUMAINE ET PLUS UNIVERSELLE

par le Mouvement Humaniste de Montréal

Photo d’une des deux marches contre la guerre en Afghanistan, organisé ici par le Mouvement humaniste de Montréal, le 21 octobre 2001.

Marche pour la paix et la non-violence

Le 21 octobre 2001, lecture au point d’arrivée au Carré Dominion (Montréal, Québec, Canada) par Ann Farell, Ève Marie et Ali Zoubeidi.

  1. Face aux victimes du 11 septembre dernier, où des milliers de civils sont morts et face à toutes les autres victimes, ailleurs, dans d’autres pays, dont les morts n’ont jamais été pleurés et qui nous font réaliser qu’une vie américaine n’est ni plus ni moins précieuse que la vie d’une personne algérienne, canadienne, irakienne, anglaise, rwandaise, palestinienne ou… afghane.
  2. Face à la pression psychologique, exercée aussi par l’utilisation d’images violentes et d’information manipulée, par lesquelles on pousse les gens à choisir un camp pour s’aligner sur des options fausses comme « civilisation occidentale contre barbarisme islamique », comme « commerce néolibéral contre terrorisme », « violence nécessaire contre violence sanguinaire ». L’hystérie médiatique crée ainsi de la méfiance, de l’isolement entre les êtres qui deviennent plus manipulables.
  3. Face à l’indignation sans espoir, à la perte des valeurs, et à la disparition des valeurs éthiques et morales qui poussent des millions de personnes à invoquer le recours à cette même violence qui est paradoxalement est à l’origine de cette douleur et souffrance.
  4. Face à la rage aveuglante qui obscurcit les esprits et pousse les gens à identifier l’ennemi « dans tous ceux qui sont différents », et à rejeter le blâme et la responsabilité sur des peuples entiers ou des religions, au lieu de voir les ressemblances et le vrai provocateur (qui pourrait être plus proche et plus occidental que ce que l’on croit).
  5. En reconnaissant que dans le processus actuel et rapide de mondialisation, ce qui arrive en un endroit a des répercussions immédiates en d’autres lieux, et qu’il n’y aura plus de lieu « sûr » si l’on ne répond pas aux besoins de chaque être humain, en chaque coin de la Terre.
  6. En reconnaissant que notre planète n’est pas en mesure de subir une troisième guerre mondiale à cause de la limitation des ressources, de la fragilité de ses équilibres environnementaux, et à cause du lent processus de la vie elle-même.
  7. Avec la prise de conscience profonde que, dans l’histoire de l’humanité, les guerres ont rarement résolu les problèmes ou éliminées les causes qui les ont déclenchées. Elles ont toujours été une source plus grande de douleur et de souffrance pour les gens, et les seuls « gagnants » seront ici les grands intérêts économiques et financiers transnationaux en relation à la vente d’armes, et aux industries des médicaments, du pétrole et de l’eau.

Nous, Hommes et Femmes, témoins de ce début troublé du XXIe siècle, nous revendiquons l’arrêt de cette guerre contre l’Afghanistan qui semble faussement motivée par un combat contre le terrorisme, nous nous engageons à reconnaître et nous voulons faire valoir :

  1. Que dans cette crise, seul un sérieux travail sur les causes socio-politiques qui ont provoqué ces attentats terroristes pourra permettre de briser la spirale de la violence et  garantir une paix plus durable et plus réelle.
  2. Que chaque être humain n’est pas une marchandise ou une chair à canon. La dignité et l’unicité de chaque vie, le déploiement de toutes nos perceptions et la diversité des cultures humaines sont maintenant garantes de notre survie et de notre développement humain.
  3. La dignité, l’unicité et la responsabilité de chaque vie envers les autres, et par conséquent, la valeur absolue de chaque être humain, au-dessus de laquelle rien ne peut être placé ou justifié parce qu’on se rend compte les liens interdépendants qui relient et unissent tous les êtres. C’est pourquoi le présent conflit doit être présidé par les Nations Unies et les terroristes jugés devant le Tribunal pénal international.
  4. L’affirmation de la non-violence comme une force morale de référence, par laquelle une personne, un groupe ou les peuples montrent à leurs contemporains et générations futures leur force morale et l’élévation de leur conscience, comme le seul chemin viable pour la construction d’une nation humaine plus universelle.
  5. L’utilisation de la violence signifie toujours la négation de la différence, de la liberté et de l’intentionnalité de l’autre. La reconnaissance de la diversité est la plus grande contribution et richesse que les individus, les petites communautés, les peuples et les nations peuvent apporter à ce projet à travers leurs efforts conjoints, la créativité, la discussion et la réciprocité.
  6. Notre engagement ferme, personnel et collectif à créer des enceintes de participation et de communication, non seulement pour arrêter les guerres, mais aussi pour faire « exploser » la paix dans chaque coin de la planète et de faire croître les formes les plus développées de cette volonté de vivre.
  7. La dissémination la plus large, tout de suite et partout, par tous les moyens et à tous ceux que l’on rencontre, de ce message : « Oui, il est possible d’arrêter la guerre, d’arrêter la spirale de la violence, de jeter les ponts pour une meilleure humanité. Aujourd’hui, chaque personne est responsable de ce qui arrive. Il n’y a plus de victimes, il n’y a plus d’innocents. Oui, il est possible de construire des réseaux de résistance par une alternative au quotidien, dans nos familles, dans nos milieux de travail et, éventuellement, dans notre quartier, dans notre pays, afin d’encourager, de stimuler et de protéger le dialogue entre les différences politiques, sociales ou religieuses et de contribuer aux alternatives au capital économique pour une mondialisation des solidarités. Et n’oubliez pas… Quand le vase est plein, il ne faut qu’une seule goutte pour le faire déborder…

P.S. Les bals populaires (interdits par le gouvernement d’occupation allemande) ont été les premiers lieux de construction de la Résistance française, lors de la dernière grande guerre… Ils ont permis de réunir des personnes autrement isolées et déprimées, de détendre, stimuler et enjouer corps et esprits et surtout de redonner la joie et le courage nécessaire à l’action constructive.

Et, finalement, la place des poètes est merveilleusement rafraîchissante et inspirante dans la vision d’un monde meilleur, mais jamais parfait (la perfection ―toujours totalitaire― du monde, le piège le plus dangereux des utopistes…). Que la beauté soit notre inspiratrice!

 «La libération de l’homme et de la femme se fera le jour où tous les hommes et toutes les femmes marcheront le front dans le front comme une armée de roses qui embaument l’espace. Un jour, tout de suite, icitte, je ne marche plus sur les épines de la violence et je passe à travers les bancs de neige et la poudrerie des balles pour aller construire ma maison dans l’amour.»

«Je suis l’homme, je suis l’enfant, je suis la femme noire, la femme jaune, la femme blanche, l’homme noir, l’homme jaune, l’homme blanc. Je suis l’oiseau et le poisson et la tortue et le cheval qui courent. Je suis l’herbe et l’arbre, la mer et la montagne. Si je fais du mal à une partie de moi, à la femme qui est en moi de n’importe quel pays, de n’importe quelle couleur, je me fais du mal à moi-même. Aussi ai-je souvent mal à toutes les parties de moi mutilées, torturées, affamées en quelques lieux du monde. Le jour approche où je serai entière et entier, où j’aurai assumé ma féminitude, ma mâlitude, ma négritude, ma jaunitude. Je suis l’homme, je suis l’enfant, je suis la femme noire, la femme jaune, la femme blanche, l’homme noir, l’homme jaune, l’homme blanc.» Julos Beaucarne (poète et chansonnier belge)

________[fin de la lecture]____________________

(1) Voir mon blogue à ce sujet au https://evemarieblog.wordpress.com/2013/12/26/refusons-la-societe-de-surveillance-et-vive-edward-snowden/

(2) Début novembre 2014, des rumeurs de théorie du complot orchestré par le 1er ministre ou son entourage eux-mêmes circulent déjà, comme après tout événement traumatique. Une autre vidéo, qui circulerait sur Internet montrerait clairement, mais avec des images prises en retrait et d’un autre point de vue, que cet attentat ne serait qu’une mise en scène pour nous faire avaler des lois plus rigides. Depuis 2011 et l’affaire des fausses armes de destruction massive en Irak pour invoquer le recours à la guerre de 2003 par le quatuor Bush-Cheney-Rumsfeld-Powel et la CIA qui plaident «l’erreur»… (!!!) (voir http://www.lefigaro.fr/international/2013/03/20/01003-20130320ARTFIG00500-guerre-d-irak-comment-tout-a-commence-il-y-a-dix-ans.php), on sait que le peuple peut être manipulé à haut niveau et que toutes les théories du complot ne sont pas nécessairement l’œuvre de fous paranoïaques. Je n’ai pas vu cette vidéo et je ne peux pas me prononcer. Mais une chose est sûre : la sécurité au Parlement canadien a toujours été plutôt faible ET il y a des individus qui peuvent commettre ce genre de crime. C’est notre propre naïveté collective qui nous a fait croire le contraire et qui pourrait avoir tendance à nous faire rechercher de fausses preuves contraires. D’autant plus que le mobile ne tient pas la route : le gouvernement conservateur actuel n’a nullement besoin du votes supplémentaires des députés de l’opposition ou même de l’opinion publique pour faire passer des lois plus répressives en matière de sécurité nationale, car il est fortement majoritaire au Parlement. D’autre part, il serait présomptueux d’affirmer que tous les journalistes compétents qui ont couvert cette affaire se sont laissés berner. Donc, sans trancher sur ce débat… prudence!

(3) À noter que le Moyen-Orient n’a pas le monopole du règne de la terreur et des exactions. En Amérique du Nord, fait beaucoup moins mis en lumière par les médias, le cartel mexicain de la drogue mène depuis plusieurs années des opérations similaires d’une violence inouïe à la frontière avec les États-Unis. En Europe, moins connues aussi sont les scènes d’horreur de la guerre civile espagnole au XXe s.

(4) Le Collectif Échec à la guerre avait organisé en 2003 en plein hiver à -20°C une des manifestations les plus courues de l’histoire canadienne (plus de 150 000 personnes, ce qui avait été, per capita, la manifestation à ce sujet la plus courue au monde) (seules les manifs du printemps étudiant en 2012 ont battu ce «record» avec presque 300 000 personnes pour le Jour de la Terre). Voir http://www.echecalaguerre.org/index.php?id=54

POUR ALLER PLUS LOIN…

Faites la lecture des engagements philosophiques et pratiques dans la vie de tous les jours mis de l’avant par Occupons Montréal, dans le sillage des nombreuses occupations du mouvement Occupy en 2011 et auxquels j’ai participé dans la réflexion et dans l’écriture.Voir https://evemarieblog.wordpress.com/les-engagements-d-occupons-montreal/

Mes corps bruts

rassemblement d'espaces

le Blogue de la Bibliothèque publique de Pointe-Claire

Programmation pour adultes et audiovisuel

REEF

Life in the vast human ocean

Club de lecture en ligne

4 out of 5 dentists recommend this WordPress.com site

El blog de Gabrielvl

Memoria de cosas valiosas, interesantes, divertidas o bellas

savoymedia

OSER le dire, OSER l'écrire, OSER le lire, OSER comprendre!

Humeurs Numeriques

Qui suit un autre, il ne suit rien : Il ne trouve rien : voire il ne cherche rien. (Montaigne)

Politique scolaire québécoise

La démocratie, en milieu scolaire???

blog OcraM

barbos . photos . blablas

%d blogueurs aiment cette page :