Tag Archive: Gabrielle Messier


De mes archives

«Ce n’est peut-être pas la mission de l’Art de prêcher une morale, toutefois, fatalement l’Art enseigne, renseigne. Il est confesseur d’âmes. Il a aussi, sans doute, comme autre attribut d’ordonner en un cosmos le chaos de l’inconscient. D’un désordre, d’une souffrance, d’un déséquilibre, il conduit à une stabilité, à une harmonie, à une joie!»

Ozias Leduc, lettre à P.-É. Borduas, 1943

Gabrielle Messier, à sa résidence de Port-Daniel, Québec, 1999.

La peintre Gabrielle Messier, à sa résidence de Port-Daniel, Québec, 1999.

 

Août 1999, 2e visite chez Gabrielle Messier

L’automne dernier, Mme Messier m’a écrit pour me dire qu’elle avait changé d’avis au sujet de l’auteur de mes peintures. Elle ne croyait plus que c’était de Leduc assisté d’un autre, mais complètement d’un autre : son maitre, Luigi Capello et contrairement à l’avis de l’expert Laurier Lacroix qui avait laissé entendre qu’il s’agirait peut-être de peintures de jeunesse de Leduc.
Même si j’étais évidemment déçue, le mystère planait encore et j’avais envie de connaitre un peu plus cette peintre qui a été l’assistante à la fin de la vie de mon arrière-grand-oncle Ozias Leduc. J’ai un projet de documentaire ou de radio en tête, mais c’était totalement flou encore, à cette étape. Je suis dans l’exploration, je crois.
Mais, mais, mais, oh déception! Visite peu fructueuse, car un de ses anciens élèves était chez elle à Port-Daniel, un homme sympathique… mais qui est resté avec nous presque toute la durée de ma visite, ce qui fait que nous n’avons pas pu nous consacrer à Leduc et à ses souvenirs de lui. Elle m’a dit que c’était un policier de la Sûreté du Québec ! [beaucoup plus tard à l’automne 2015, j’apprends qu’il « avait loué une chambre chez Gabrielle Messier, en fait chez sa nièce, Mireille Gagner, avec laquelle elle résidait : le policier y habitait durant les jours où il travaillait, car sa résidence permanente était éloignée.  Mon mari m’a rappelé que Gabrielle donnait même des cours de peinture à ce policier lorsqu’il avait des temps libres» m’écrit l’ancienne responsable du fond Gabrielle Messier à la Bibliothèque et archives nationales du Québec, Mme Monique Lanthier que je remercie. Et elle ajoute : «Gabrielle n’a pas agi différemment avec vous qu’avec toute autre chercheur : elle était très sollicitée, ce qui la rendait un peu méfiante, ce qui est très compréhensible.»]

Je lui ai demandé gentiment pourquoi elle n’avait pas reporté notre rencontre, puisqu’elle était occupée avec ce que je croyais être un visiteur, en lui disant que cela ne m’aurait pas dérangée puisque je passais une partie de l’été en Gaspésie. Pas de réponse claire; elle a tenu (et lui aussi) qu’il reste avec nous. Du coup, cela m’a intimidée, cela a enlevé beaucoup d’intérêt à ma visite. Rétrospectivement, je me rend compte, que malgré une première rencontre chaleureuse, j’avais pas réussi à établir un lien de confiance avec elle et je n,«vais pas réussi à établir clairement que j’étais d’abord et avant tout à la recherche de mes racines familiales. Je ne me suis jamais présentée comme chercheure à elle.
Alors je me suis même sentie endormie à un moment, peu présente, surtout après qu’elle m’eut refusé de voir une lettre de Leduc alors qu’elle sortait une peinture du XVe s. d’un peintre allemand (Witterguneim ?) que Leduc lui avait donnée. Cette peinture sur plaque de cuivre de petit format avait été acquise par le maitre  de Leduc, L. Capello, lors d’un voyage en France. Leduc avait prêté 1000 $ à Capello et avait gardé cette peinture en gage de remboursement. Comme Capello ne l’a jamais remboursé, Leduc avait gardé cette veille peinture.
Au sujet de son hypothèse sur mes photos de peintures comme étant de Capello, elle a dit que c’était à cause du style… mais elle a vite changé de sujet, pas moyen de la faire parler sur ça non plus.
Sur Leduc, j’ai au moins su qu’il avait une pommeraie (à St-Hilaire) et que lorsqu’elle s’y promenait au printemps, lors de la floraison, elle avait un effet d’enivrement semblable à celui du cidre.
Elle a beaucoup apprécié le travail de Lévis Martin (dont j’ai cité des extraits dans mon article précédent sur ce blogue), dont j’ai appris qu’il était un prêtre défroqué, quoiqu’avec un langage plus complexe, moins accessible que Laurier Lacroix.

8 septembre 1999
Une amie de Mme Messier, Mme Rita Jacob m’a appelée sur ses recommandations pour avoir des détails sur mes peintures de… Capello (selon Messier). Mme Jacob prétend que Leduc avait eu pour influence scolaire Ingres qui serait le professeur d’un peintre italien dont elle détient une peinture, lui-même prof de Capello. Elle me propose de faire faire des photos à l’infrarouge par son fils pour chercher sa signature ou autres détails insoupçonnés sous les couches d’huiles.
Ma marraine vient de me donner en cadeau le catalogue de l’expo sur Leduc au Musée des Beaux-Arts dont le principal auteur est Laurier Lacroix. C’est totalement passionnant ! Je veux le recontacter.
Manon Paiement, amie et historienne de l’art, dit que le détail du laboureur qui avait attiré l’attention de Messier (voir mon 2e article sur ce blogue) est commun pour l’époque. Selon elle, on ne peut pas dire qu’il soit spécifique à Leduc…
Différentes versions contradictoires circulent sur Leduc au village de St-Hilaire (peut-être selon les époques?). On le voit souvent décrit dans la documentation sur lui comme le «sage de St-Hilaire», mais dans ce catalogue, on rappelle l’anecdote maintes fois racontée par l’élève de Borduas, le peintre J.-P Riopelle… et qui correspond plus aux quelques rares échos que j’en ai eus de ma famille :

«La plus importante des influences que j’ai subies, c’est certainement celle d’Ozias Leduc. Quand je suis allé le voir, c’était un vieillard qui vivait dans une cabane et que tout le monde disait fou. C’était un grand peintre. Il pouvait passer trois, quatre ans sur un tableau.»
Riopelle, in «Ozias Leduc, une œuvre d’amour et de rêve», Musée des Beaux-Arts de Montréal /Musée du Québec, 1996.

Ce passage m’a beaucoup frappé, car j’ai justement fait un rêve cette semaine où tout le monde disait j’étais folle. C’était le rêve du prédateur (1) (intérieur/extérieur). Je finissais par douter de moi, doutant de mon identité, doutant de ma vision présumant marginale, outsider, puisque tout le monde me disait folle. La vilaine petite canarde n’ayant pas encore trouvé son clan, sa famille, non reconnue, rejetée, étrangère (presque) partout où elle passe.
C’est un rêve, bien sûr, mais pas très loin de la réalité avec mon impression d’être étrangère partout où je passe depuis l’âge de 7 ans. Ainsi donc mon aïeul a dû subir le même destin, destin vécu par nombre d’artistes qui vivent sur une longueur d’onde légèrement différente de leurs contemporains.

On aime aujourd’hui que l’artiste ait une vision «originale», mais pas trop originale, car incompréhensible, insondable. On aime donc qu’il soit fou, mais pas trop fou parce qu’incontrôlable ou non marchandisable. Celui-là décrirait l’Art Nouveau, celui qui n’existe pas encore, peut-être l’art de l’an 3000 ou 4000, on pire, l’art d’une autre planète, inconnue dans la Constellation des Perséides. Il donnerait à voir des couleurs que nous ne pouvons pas voir encore avec le développement actuel de nos sens; il mettrait en scène des êtres qui subissent des transformations en direct, passant du chien, au monstre, au divin, il mettrait en jeu des forces surnaturelles qui nous font encore trembler, quand, par malheur, elles se manifestent à nous.
Mais plus concrètement, de quelle folie parlait-on dans le Québec des années 1940 ou 1950, au sujet de Leduc ? D’abord, probablement parce qu’il ne vivait pas comme les autres, en ermite, n’ayant pas eu d’enfant avec Marie-Louise (morte en 1939). Ensuite, sans doute passionné, peut-être même comblé par ses travaux, par les petits détails : on raconte qu’il rebouchait à la mine les minuscules trous laissés par les aiguilles des pochoirs sur les toiles destinées à être installées au plafond des églises! Je l’imagine assez bien alchimiste cherchant Dieu dans la pierre philosophale et faisant peur à tous ces culs secs de l’époque dite «de la grande Noirceur», aux mœurs rustres et contraignantes, comme celles de ma grand-mère «tout en Jésus-Christ» (comme le disait ma mère), celle qui avait descendu dans la cave ces deux peintures-là données que Leduc lui avait données en cadeau (2), et mœurs contre lesquelles, deux générations plus tard, les artistes du groupe automatiste se sont déchainés dans leur manifeste et œuvres du «Refus Global» (1948).
À demander à Mme Messier.

À suivre…

_____________________________

(1) Selon la thèse de la conteuse et psychanalyste Clarissa Pinkola Estés, «Femmes qui courent avec les loups»

(2) Voir l’article 1re partie au sujet de ce cadeau… peu apprécié de Leduc à ma grand-mère Langevin.

Publicités
Gabrielle Messier_Travaux à Shawinigan-Sud pour O. Leduc, a.d. 1945

Gabrielle Messier, travaux à Shawinigan-Sud pour O. Leduc, a.d. 1945

 

De mes archives

22 août 1998

Gabrielle Messier m’apprend que Leduc était le cousin germain de sa femme, Marie-Louise Lebrun (1860-1939), ce qui veut dire que je suis aussi parente de sang avec Leduc, ce qui me rend très fière et très heureuse. À l’époque, cela se faisait encore, quoique rarement (et avec dispense de l’Église). Du côté des Lebrun, ce sont des personnes très habiles de leurs mains. Ernest Lebrun (qui était photographe, je crois?), le frère de mon arrière-grand-mère Marie-Louise, était un inventeur très fameux et aussi conjoint de la sœur d’Ozias Leduc, Adelia… famille tricotée serrée, comme on disait dans le temps… Ernest refusait de se faire payer pour ce genre de travail (selon mme Messier, il craignait de perdre ses contrats, de ne plus être demandé). Entre autres, c’est lui qui a fabriqué et installé la tige du 1er projecteur au théâtre St-Denis (ou Ouimetoscope?) à Montréal, probablement une réparation. Il était beaucoup appelé pour des réparations mécaniques que personne ne réussissait à faire. Il est cependant mort pauvre et oublié, ce qui fâche mme Messier.

Dans cette lignée, mon grand-père était un petit entrepreneur, installateur et réparateur d’ascenseurs aussi. Mon père Pierre était capable de réparer de petits appareils. Selon Maman, il démonta et remonta un appareil-photo Lordomat qu’elle aimait beaucoup en une nuit pour le réparer. Comme à son habitude, il vint, paraît-il, à deux doigts (!) d’abandonner en disant d’abord qu’il n’était pas capable (je suis pareille…), mais avait tout de même persévéré toute la nuit en essayant encore et avait enfin rendu l’appareil fonctionnel le lendemain matin, au grand plaisir admiratif de ma mère.

Marie-Louise Lebrun, un peu plus âgée que Leduc, est morte à 79 ans de rhumatismes en 1939. Elle s’était mariée à Ozias en 1906, à St-Henri, à Montréal, non loin de chez moi [j’ai découvert par la suite que mon arrière-grand-père, Jos-Charles Langevin, meunier, s’était marié en 2e noce à Pointe St-Charles, y a travaillé et eut deux de ses enfants (Arthur et Eugénie)… En faisant des recherches dans le bottin  téléphonique, j’ai découvert que le « hasard » fait que j’habite à quelques coins de rue de son logement sur Shearer, près des ‘tracks’ de chemin de fer. Je comprends maintenant pourquoi je me suis exclamée, en déménageant à Pointe St-Charles en 1996, Ah! j’ai l’impression de me rapprocher de mon père (qui venait de mourir et que j’avais perdu de vue depuis plus de 10 ans)…

«Mon portrait» O. Leduc, 1899

«Mon portrait» O. Leduc, 1899

 

25 septembre 1998

Selon mme Messier, Leduc était très « spirituel ». Je n’ai pas été capable de la faire parler pour avoir des détails sur son caractère, ce qui m’a déçue. Elle m’a dit qu’il est mort à l’hôpital (Ste-Hyacinthe, que je saurai plus tard) et elle était là à son dernier souffle. Elle a appelé l’infirmière (une sœur grise) qui est venue, mais au lieu de s’en occuper, la sœur-infirmière a volé les dessins et les pinceaux de Leduc (il a dessiné jusqu’à la fin)! Mme Messier se demande aujourd’hui où sont passés ces dessins-là. Sont-ils restés chez les Sœurs Grises ?

Elle m’a décrit une peinture de jeunesse que Leduc avait un jour donné à sa famille, probablement du côté des Langevin (frères ou sœurs de mon grand-père). Il y avait un petit ruisseau dans le bas du tableau (comme dans le tableau du paysage que je possède) et un jeune garçon assis au bord. C’est donc un 4e tableau du côté des Langevin, mais je ne sais pas où et à qui il est… à moins qu’elle parle du mien?

Ah oui, un détail, Renoir est l’artiste préféré de mme Messier, aussi a-t-elle bien apprécié la page couverture de ce cahier que j’ai choisi pour ce projet… belle coïncidence.

 

23 avril 1999

L’automne dernier, mme Messier m’a écrit pour me dire qu’elle pensait finalement qu’à partir des photos de mes peintures, elles seraient plus probablement du maitre de Leduc, Luigi Capello (1848-1902). Ce qui m’a tellement découragée que je n’ai presque plus pensé à mes projets de documentaire sur Leduc et que je ne lui ai même pas répondu encore, et je m’en veux un peu d’ailleurs.

J’avais besoin de temps pour mijoter mon affaire et je ne savais pas quoi lui répondre.

Mais comme le dit une amie, Manon Paiement, qui est historienne de l’art, c’est aussi peu vraisemblable que Leduc ait donné à ma grand-mère des peintures qui ne seraient pas de lui et qu’elle n’avait sûrement pas demandées, puisqu’elle n’a jamais mis ces peintures sur ses murs et qu’elle les a mises aux débarras dans la cave de la maison familiale dans Rosemont, Montréal… Sans trop se tromper, on peut conclure soit qu’elle n’aimait pas ces peintures, soit qu’il y avait une gêne avec Leduc.

Maintenant que j’y repense, le mystère reste donc entier, mais je crois qu’il a dû sûrement y mettre sa touche en tout ou en partie à tout le moins puisqu’à sa 1re appréciation des motifs l’été dernier, mme Messier a reconnu en bonne partie l’iconographie de Leduc. Mais peut-être en effet que les arbres seraient de Capello. Mme Messier n’a pas vu les peintures dans leur format original, mais seulement en photo. Elle n’a donc pas pu apprécier la touche qui est ici légèrement texturée (surtout pour le paysage), comme la touche de Leduc, mais en beaucoup moins. Peut-être ces peintures sont-elles parmi les premières qu’il a faites auprès de son maitre Capello, un artiste italien immigrant (apprenti depuis 1886, à l’atelier T. Carli à Montréal) et que cette touche texturée a évolué par la suite?

C’était d’ailleurs l’hypothèse de Laurier Lacroix quand je l’ai vu au printemps dernier pour faire évaluer ces peintures. Il ne pensait pas que c’était des peintures de Leduc, sauf peut-être des peintures de jeunesse. Mais pour des raisons que j’ignore, nous n’avons pas pu explorer cette piste, comme il m’avait dit vouloir le faire.

*/*

Comme je nage dans les demandes de subvention pour mon travail au MAI ces jours-ci, je viens d’avoir l’idée (dans mon bain, entre le sommeil et l’état de veille –état que je préfère d’entre tous!) de demander une bourse de voyage pour aller réaliser cinq entretiens audio cet été chez mme Messier en Gaspésie.

L’idée d’un voyage pour « tester » mon sujet de documentaire et me faire une meilleure idée sur le potentiel de film me vient de mon ami Adam G. cet hiver, lors d’une conversation où je lui faisais part de ma déception et de mes hésitations. Et voilà que l’idée vient de prendre forme concrètement en moi après trois semaines de grands soucis intérieurs. Est-ce cette germination qui m’a causé tant de tourments?

Je viens aussi d’écrire une page d’une histoire qui m’a été inspirée par un nouveau mot que je viens d’apprendre, la conjugaison de « vivir » à l’impératif : vivid!, que j’ai associé à « livide ». Il y aussi le film « Trahir » qui m’a beaucoup impressionnée cette semaine; c’est l’histoire d’un poète hongrois qui et amené à trahir ses amis pour sortir de prison. Je me suis demandé à quoi servait ma vie. J’ai eu la très désagréable impression de m’épuiser dans le vide, de gâcher mes forces, de ne servir à rien et de vivre dans un monde profondément hypocrite. Une fois de plus, ça m’a tellement donné mal au cœur que j’avais de la misère à me supporter, encore moins les autres en qui je perds confiance, ne sachant où me situer et quoi dire. Les mots qui tombaient de ma bouche m’ont semblé si nuls, si déconnectés…

J’ai enfin réussi à me ressaisir hier (à la lecture du livre de philosophie taoïste « Le Yi-King »), avec un hexagramme qui m’a bien fait réfléchir. Celui de la philosophe et de la créatrice qui n’est pas d’abord sociable, que ça me plaise ou non… Dans un monde si maladivement extraverti, je ne serai jamais à la mode, je ne serai jamais très entourée, je dois m’y faire à cette solitude de l’écrivain, que j’accepte encore mal (car j’ai autant besoin de solitude que d’animation autour de moi).

 

19 juillet 1999, Matane

De retour en Gaspésie, seule cette fois-ci pour vacances-travail (pour le projet Uniterre à Caplan, chez G. Théberge) et pour rencontrer à nouveau mme Messier.

 

25 juillet 1999

Le ciel et la mer ne formaient plus qu’un. Une tempête se préparait.

Note de lecture de « Ozias Leduc et son dernier grand œuvre », de Lévis Martin.

1940. Gabrielle Messier présente ses travaux à la critique de Leduc. Il lui donne des leçons en échange d’entrer à son service comme apprentie et assistante. Elle s’occupe aussi des repas et de la santé de Leduc qui a été gravement malade après le décès de sa femme Marie-Louise, sa cousine éloignée [inexact : cousine germaine] et restés sans enfant. M.-L. L a été aussi l’ex-femme de son maitre Capello qui était mort, lui, en 1902.

1941. 1re rencontre-proposition avec le curé Arthur Jacob de la paroisse Notre-Dame-de-la-Présentation d’Almaville-en-bas (Shawinigan-Sud), pour ce qui sera ses derniers travaux qui s’échelonneront sur 13 ans, jusqu’à sa mort en 1955.

Selon l’auteur, Leduc a pu espérer dans cette commande la résolution qu’il poursuivait de cette dichotomie entre le matériel et le spirituel (la lutte de Jacob avec l’ange).

1943, Plusieurs jeunes artistes élèves de Borduas fréquentent l’atelier de Leduc.

« Le zodiaque.

La Terre ? Gîte de l’homme déifié, énumérateur des étoiles […], mais où vont tous les astres de l’espace ? Où va l’homme sous leur éclat réverbéré ? […] Cette route, ce cercle, ces bêtes, ces choses et l’homme qui s’y reflète… Un Néant… ! La gloire d’une étoile violée ! […] Où va l’homme en l’éternité? »

O. Leduc, extrait de la revue Arts et Pensée, no 18, 1954

À suivre…

De mes archives

Ozias Leduc dans son atelier, ad 1925

Mon arrière grand-oncle Ozias Leduc dans son atelier, ad 1900, St-Hilaire, Québec

«L’objet de l’art est d’enseigner; or l’histoire nous montre que, chaque fois que l’Art a oublié cet objet, il était en décadence. Sa gloire est liée aux idées qu’il suscite. Malgré la beauté des formes, la perfection technique, les couleurs magnifiques qui l’ont paré à certains moments de son évolution, il est souvent resté vide de sens. Il n’a attiré l’attention que par ses apparences, et l’esprit s’en est vite lassé; car l’esprit a d’autres yeux que ceux, aisément fascinés, de la chair.»

O. Leduc, 1903, journal The Casket, Antigonish (Nouvelle-Écosse, Canada)

 

Juillet 1998

Mon projet de (re)connaissance du peintre Ozias Leduc (1864-1955) se précise. En faisant des démarches pour faire authentifier une peinture non signée de Leduc que je viens de recevoir en héritage de mon père (Pierre Langevin, 1931-1997) ainsi qu’une autre que ma mère (Paule Panet-Raymond, née en 1932 ) avait gardée, j’ai rencontré un expert de l’œuvre de Leduc et professeur à l’UQAM, Laurier Lacroix. Il m’a parlé de la peintre Gabrielle Messier (1904- ) qui, à l’époque, avait été la jeune l’assistante d’Ozias Leduc et qui est toujours vivante, sur ses 95 ans.

Leduc était l’oncle de mon grand-père Joseph-Émile-Osias Langevin (1894-1979) et selon les souvenirs de ma grand-mère Reine (Leroux) Langevin (1891-1965) (et rapporté par ma mère), Leduc lui avait donné des peintures de lui, il y a bien longtemps de cela. Dans les années soixante (lorsque nous habitions rue Roslyn à Montréal), mon père a trouvé plusieurs peintures de Leduc dans la… cave de mes grands-parents! Selon ma mère, la mentalité de l’époque dans la classe ouvrière voulait qu’avoir un artiste dans la famille soit une honte, comme le pensait l’Église catholique. Mon père en a choisi deux qu’il aimait, un paysage et une jeune femme en forêt ramassant des branches dans son tablier avec deux enfants. Il les a rapportées chez nous, faisant la joie de ma mère. Elle s’y connaissait en matière d’art : elle avait étudié l’histoire de l’art à la Sorbonne et avait pris des cours au Musée de Beaux-Arts de Montréal avec A. Lismer (du groupe des sept) et J. de Tonnancour, dans les années ’50. Mais comme mon père a coupé ses liens avec sa famille dans les années ’60-’70, cette affaire est toujours restée vague par la suite et ma grand-mère est morte en 1965. Maintenant que mon père est mort, je suis complètement dans le vague.

En 1942, Leduc a aussi donné en cadeau au moins une autre peinture du côté des Langevin, à ma grand-tante Maria Laperrière, épouse d’Arthur Langevin (1890-1969). La toile représente un visage de femme. Comme ils étaient parrain et marraine de ma tante Madeleine, c’est elle qui en a hérité à leur décès. Cette toile est aujourd’hui précieusement conservée par ma cousine Ginette Handfield (Madeleine était mariée à Yvon Handfield) depuis 1989. Oncle Yvon vit toujours à St-Hilaire et je veux le rencontrer (je ne l’ai pas revu depuis ma petite enfance, selon ma mère; évidemment, je n’ai donc aucun souvenir de lui).

La sœur de mon père, tante Marthe Langevin, pense que ces deux peintures se sont remplies de poussière au sous-sol probablement parce que Leduc, marié à Marie-Louise Lebrun, n’apportait pas assez d’argent avec son travail de peintre de fresques et peinture et décoration d’églises (il peignait très lentement et était mal payé par les curés). Maman a ajouté récemment,toujours selon la mentalité du temps, qu’il devait être considéré un peu fou de se vouer à de telles activités. J’ai donc deux versions de famille qui concordent.

Alors qu’elle était adolescente, Marthe se souvient combien elle avait été impressionnée par sa visite à St-Hilaire chez son grand-oncle Leduc au début des années ’40. Celui-ci lui avait montré un portrait de la vierge qu’elle avait beaucoup aimé. Elle regrette aujourd’hui de ne pas avoir insisté auprès de mes grands-parents pour qu’ils achètent cette toile.

Par ailleurs, Marthe pense également que mes peintures pourraient être aussi de Jules Rioux, prêtre séculier de Trois-Pistoles, oncle de ma grand-mère Reine Leroux (originaire de Ste-Monique). Elle possède une œuvre de Rioux chez elle et j’ai le projet d’aller la voir pour essayer de visu de rétablir la vérité au sujet de ces deux tableaux non signés.

Madame Messier est la seule témoin directe encore vivante de l’œuvre de Leduc. Laurier Lacroix devrait lui avoir envoyé des photos mes tableaux pour avis, mais je n’arrive pas à la joindre, il ne retourne pas mes appels; je sais pourtant qu’il est à Montréal, c’est bien bizarre.

3 août 1998

J’ai enfin réussi à retrouver la trace de cette chère dame, par le biais du Musée d’art de St-Hilaire, avec Monique Comptois. Par mesure de confidentialité, elle n’a pas voulu me donner ses coordonnées, mais elle lui a envoyé une télécopie pour lui expliquer que je désire la rencontrer lors de mon séjour en Gaspésie. Cela fait une semaine que je n’ai pas de nouvelles et je pars pour la Gaspésie la semaine prochaine…

 

10 août 1998

Le temps me presse, je pense écrire à mme Messier et faire passer cela par le Musée, pour l’intéresser à mes intentions, sans trop en dire, car la lettre va passer par plusieurs mains.

Chère Madame Messier,

N’ayant pas eu de vos nouvelles par l’intermédiaire de M. Lacroix et du Musée de St-Hilaire, je vous écris pour partager avec vous mes préoccupations et mes idées, dans le but de pouvoir vous parler au téléphone avant mon départ pour la Gaspésie, le 17 août prochain.

Je suis la petite-petite nièce d’Ozias Leduc (il était l’oncle de mon grand-père Joseph Langevin de Montréal). Je suis une artiste de la vidéo – chant –littérature –scène et je me passionne depuis plusieurs années pour l’œuvre de Paul-Émile Borduas (1).

J’ai eu très peu de rapport direct avec la famille de mon père, c’est pourquoi Ozias Leduc est resté un étranger pour moi.

J’aimerais vous rencontrer afin de mieux connaitre mon aïeul. C’est une question d’héritage spirituel, je crois que vous allez comprendre.

De plus, comme vous l’avez sans doute su par Laurier Lacroix, je dispose de deux toiles non signées présumées de Leduc qu’il avait données à ma grand-mère et pour lesquelles j’ai besoin d’avoir votre avis.

J’ai aussi d’autres projets en tête dont j’aimerais tant vous parler.

Je joins à cet envoi une copie d’un texte que j’ai récemment écrit au sujet du Refus global (pour Le Devoir), afin que vous me connaissiez mieux.

Je souhaite de tout cœur que vous puissiez accéder à ma demande pour que nous puissions nous parler au téléphone avant mercredi ou jeudi de cette semaine.

Mon numéro de téléphone est à Montréal …. Merci et à bientôt.

Châle-heureusement,

Ève Langevin

 

20 août 1998

Première rencontre de Gabrielle Messier.

J’ai apporté des photos de mes deux peintures d’Ozias Leduc. Après une très attentive observation de quelques minutes, voici ce qu’elle me déclare pour ces deux tableaux :

LE PAYSAGE

Paysage, contreplaqué donné à ma grand-mère par Ozias Leduc

  • Selon elle, le ciel est de Leduc. Voir sa toile « La maison paternelle ».
  • La montagne est de Leduc ou conseillé de proche par Leduc.
  • Les arbres ont été faits par un autre peintre d’expérience.
  • La chaumière est du style des anciennes de St-Hilaire.

 

LA JEUNE FEMME AU TABLIER

La jeune fille au tablier, toile donnée à ma grand-mère par Ozias Leduc

 

    • Le petit détail de la charrue (haut gauche) est de Leduc, selon Mme Messier. Elle me parle d’un autre tableau qui possède ce motif, mais sans pouvoir le situer. [En août 1999, je trouve la fresque « Le Sacré-Cœur de Jésus » à l’église Saint-Enfant-Jésus-de-Mile-End à Montréal, 1917-18. L’agriculteur-laboureur à droite de cette fresque est une réplique détaillée du mien (aussi dans le livre expo MBA 1996, p. 213). WOW!!! Le catalogue indique d’ailleurs que mme Messier a eu en sa possession le dessin de cette œuvre].
    • Arbre-pommier est de Leduc.

Toujours selon mme Messier, ce ne sont pas des tableaux de Marie-Louise Lebrun (sa femme), car elle n’avait pas la maitrise technique pour réaliser des toiles comme celle-là.

 

Église Saint-Enfant-Jésus du Mile-End, Montréal

L’église catholique Saint-Enfant-Jésus du Mile-End, Montréal. L’une des 15 églises et chapelles au Québec, Nouvelle-Écosse et États-Unis qu’Ozias Leduc a peint et décoré en tout ou en partie.

À suivre…

 

________________________________
(1) Le peintre automatiste Paul-Émile Borduas (1905-1960) a été l’apprenti le plus célèbre de O. Leduc. D’autres peintres connus de cette vague ont également fréquenté son atelier «Correlieu» à St-Hilaire : J.-P. Riopelle, F. Leduc, F. Sullivan, U. Comtois, N. Lajoie et d’autres.

Mes corps bruts

rassemblement d'espaces

le Blogue de la Bibliothèque publique de Pointe-Claire

Programmation pour adultes et audiovisuel

REEF

Life in the vast human ocean

Club de lecture en ligne

4 out of 5 dentists recommend this WordPress.com site

El blog de Gabrielvl

Memoria de cosas valiosas, interesantes, divertidas o bellas

savoymedia

OSER le dire, OSER l'écrire, OSER le lire, OSER comprendre!

Humeurs Numeriques

Qui suit un autre, il ne suit rien : Il ne trouve rien : voire il ne cherche rien. (Montaigne)

Politique scolaire québécoise

La démocratie, en milieu scolaire???

blog OcraM

barbos . photos . blablas

%d blogueurs aiment cette page :