Tag Archive: esprit


N’abandonne surtout pas…

bas-du-fleuve-2011-048

Photo: Ève Marie. Esprit. 2011

Ouf quelle année intense, difficile ! Qu’est-ce que toute cette série de mensonges privés et publics, de corruption révélée, de morts innocents dans des endroits apparemment en paix révèlent de notre nature « humaine » (et ça continue, encore aujourd’hui à Berlin -et toutes les semaines en Irak, en Syrie, au Nigeria, en Afghanistan- et ailleurs), de météos en folie ? Quel étrange miroir déformant cela nous fait ? Aie! Il faut pourtant bien finir par se regarder en face… La tentation est de fuir,,, encore… Ou d’imaginer l’autre en soi bien pire (ou bien mieux) qu’il ne l’est. N’est-ce pas toujours la souffrance qui cause les pires cataclysmes ?

De l’autre côté du verre, il y a les utopies concrètes qui se préparent à gauche, à droite, un peu partout et dont on entend encore peu parler; à lire, à voir dans la revue à laquelle je participe au http://redtac.org/possibles/

Mais en attendant, si vous avez une dure année, n’abandonnez surtout pas; tout, même le pire, finit par passer; on finit par se relever, un morceau à la fois, une petite tâche à la fois, on reconstruit autrement.

Voyez ci-dessous ce vieux texte que j’avais pris dans une revue il y a longtemps et qui a longtemps été collé sur mon frigo… Peut-être qu’il vous inspirera aussi le moment venu. Courage !

Un sourire dans votre cœur, de joyeuses Fêtes à mes lecteurs !

nabandonne-surtout-pas

***

Lundi 2 janvier 2017

Je trouve des auteurs, des artistes, partageant les mêmes préoccupations, par la lecture du journal. Et à qui j’ai envie de passer le relais de la parole.

D’abord le metteur en scène de théâtre Mani Soleymanlou, en préparation pour sa pièce «8», constate que :

« Tout le monde est dans le jus. Je n’ai jamais vu autant de gens autour de moi qui frôlent le burn-out. La technologie oblige à ça aussi, à devoir répondre sur huit plateformes en même temps. 

Et la journaliste Marie Labrecque poursuit : « Et le trop-plein d’information dont nous sommes bombardés génère une impuissance qui génère la colère et un sentiment de culpabilité. Cette incapacité d’apprivoiser le moment présent entraîne le besoin de la fuir, selon Soleymanlou. Mais aussi chez l’artiste, un besoin de se regrouper. Et une interrogation : qu’est-ce qu’on à dire ensemble ? » Le metteur en scène poursuit : « Les réseaux sociaux ont tout fragmenté. Le temps, notre rapport à l’autre. Notre haine est compartimentée. Et tout est bref. En Syrie, les gens envoient par Twitter leurs derniers mots et des vidéos de fin du monde. On est rendus là. La guerre, le génocide, traduits en 140 caractères. » (1)

***Si vous habitez à Montréal et que vous avez envie de venir voir cette pièce avec moi,

faites-moi signe. À la Place des Arts, du 10 au 28 janvier 2017***

Par ailleurs, le romancier métis Jean Bédard, dont le journaliste Christian Desmeules nous rapporte la parution de son dernier livre « Le dernier chant des Premiers peuples » nous écrit que :

« C’est une sorte de fable sombre aux accents apocalyptiques où les hommes et les animaux courent ensemble à leur perte. Comme un groupe de coureurs affolés lancés vers un grand mur qui a pour nom, au choix, réchauffement climatique, inondations à grande échelle, sécheresse, extinction de masse. » Bédard lui dit : « On s’est tous entassés à Montréal, à Toronto, à Pékin, à Liverpool, dans un gros tas de malheurs et de hurlements, juste pour éviter de se retrouver dans un équilibre écologique qui nous rejette dans l’inutilité parfaite. On a coulé du ciment, on a étendu de l’asphalte, on a dressé des tours de Babel, on a blasphémé contre la paix, contre la vie, contre l’amour, contre notre propre existence… » (2)

Puis en regardant le listage des livres le plus vendus cette semaine, je découvre que l’excellent roman d’Anaïs Barbeau-Lavalette, « La femme qui fuit » qui est dans les « best sellers » depuis 13 semaines, s’est hissé au 1er rang ! Elle raconte l’histoire tragique de sa grand-mère, Suzanne Meloche, poètesse et peintre qui a rejeté complètement sa famille en la fuyant et donc se fuyant elle-même toute sa vie. La fuite… métaphore de notre temps qui aimante tant ses lecteurs ? Hum.

À suivre…

______________

(1) http://www.ledevoir.com/culture/theatre/488101/soleymanlou-sonne-la-fin-du-party

(2) http://www.ledevoir.com/culture/livres/488095/fiction-quebecoise-un-monde-en-chute-libre

 

 

«Ma peur veut que j’arrête, parce que ma peur veut que je sois en sécurité, et ma peur perçoit tout mouvement, toute inspiration, tout travail, toute activité, toute passion comme une menace potentielle pour ma vie. Ma peur veut que je vive une plus petite vie. La plus petite vie imaginable, idéalement. Ma peur préférerait que je ne sois jamais sortie du lit.

Votre peur est comme la mienne. Exactement comme la mienne. Je vous le garantis.»

Elizabeth Gilbert, «Mange, Prie, Aime»

Après quelques jours de recueillement, de deuil et un certain silence que nos médias avides de sensation n’ont pas su, comme d’habitude, nous donner…

*/*

Est-ce qu’on aura le courage de regarder en soi après ces terribles événements ? Bon c’est vrai, je regarde d’abord les autres : il faut dire que les Charlie ne sont pas des enfants de chœurs et qu’ils ont commis plusieurs outrances, provocations et outrecuidances… Vanité, quand tu nous tiens… Mais ils ont aussi publié des dessins et textes brillants visant à dénoncer la bêtise et l’inhumanité de ces religieux radicaux islamistes, catholiques ou juifs qui fondent leurs actes sur « Dieu » sans se rendre compte que, des deux côtés, ils répandent et contribuent au mal, à la souffrance et à l’intolérance qu’ils veulent dénoncer par leurs actes : c’est l’aveuglement de l’escalade. À cet égard, on espère que les journalistes de Charlie Hebdo, qui sont davantage capables de se maitriser, seront plus « intelligents » et comprendront les limites de leur travail et de la forme de la liberté d’expression. Il y a plusieurs façons de réagir à la peur. L’ancien directeur la publication, Stéphane Charbonnier «Charb» qui  été assassiné par les djihadistes avait déjà très justement écrit à ce sujet : «Notre peur est leur raison de vivre». Lui et les autres caricaturistes et auteurs du journal avaient choisi la satire, parfois brillante, mais parfois débile, pour dénoncer ce nouvel obscurantisme de cette partie d’un islam pathologique et nihiliste.

Passage à l’acte

Dire à quelqu’un qu’il est un criss de con n’a jamais aidé à résoudre un problème… Bien au contraire. On a vu là deux groupes à la pensée radicale et sans compromis s’affronter pendant des années. Peu de personnes en France, pour de bonnes et de moins raisons les ont appuyés, y compris lorsqu’ils ont été incendiés en 2011, je crois. Et voilà que l’impensable tragique a surgi d’un côté, le passage à l’acte, celui de l’acte de tuer et de vouloir répandre la peur et la terreur tout autour. Pourquoi ? Pour imposer des idées, ses pensées, ses croyances aux autres. Paradoxalement et c’est là qu’il faut faire une énorme effort de compréhension : pour crier leur ressentiment d’un monde clivé où la liberté, c’est pour les autres… Pour ne pas comprendre que dans d’autres cultures et religions on PEUT représenter les images du dieu et des prophètes et même les critiquer (*1)… Oui dieu à perdu son grand D ce jour-là. Et pour toujours.  .  . Cèderons-nous encore à cette si lâche, mais si humaine aliénation  par la peur ? J’avoue que cela m’a empêchée de dormir la semaine dernière… J’ai repensé aux mots de la vieille chanson « Les Loups sont entrés dans Paris » (*2) chanté par Reggiani et que j’avais justement envoyé au chroniqueur David Desjardins en décembre et qui vient d’écrire une réflexion qui critique le confort de la rectitude et de la censure qui évite les difficiles débats (*3). Puis, échapperons-nous à la dérive sécuritaire, à ce piège puant tendu par ces (soi-disant) fous de Dieux ? Est-ce ce genre de monde que nous léguerons à nos enfants ? Le grand-père et homme médecine Atikamekw Charles Coocoo a déjà écrit que «nous sommes devenus peu à peu des êtres sans volonté» «dans une psychologie qui désacralise les êtres humains.» (*4)

Hypocrisie d’État et médiatique

Il est assez choquant de voir tous ces médias et ces chefs d’État crier à la liberté d’expression, alors qu’on se demande ce qu’ils ont fait concrètement dans le passé pour la liberté de presse et d’expression pour appuyer Charlie et leurs positions radicalement athées et laïcistes, alors que le journal a été victime plusieurs fois d’intimidation ou de vandalisme…

Point aveugle

Par ailleurs, on n’a pas entendu parler des familles endeuillées des djihadistes. Je suis à peine capable d’imaginer leurs sentiments contradictoires et leurs souffrances. Et les familles des 4 otages tués par Coulibaly dans l’épicerie juive cachère ? On n’a pas entendu non plus parler du 3e tueur qui était entré à CH. Est-il mort sur place ? Je me souviens clairement avoir vu la photo des trois (mais la photo de ce 3e était laissée vide) avec leur nom, le 1er jour aux nouvelles de Radio-Canada. Ou était-ce une erreur ? Vous souvenez-vous que les assassins se sont d’abord trompés d’adresse et sont allés à côté à l’imprimerie avant de réaliser leur méprise !? Je n’ai pas compris non plus comment ils sont pu faire tout ce chemin en sortant de la rédaction sans être repéré par la police. La police a-t-elle répondu adéquatement ? Et pour vous c’est comment ?

«Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas.» (attribué à) André Malraux

Voir la suite de cet article qui traite du sujet du point vue intérieur de la conscience où les pensées n’égalent pas soi au https://evemarieblog.wordpress.com/2015/01/17/charlie-hebdo-et-paresse-spirituelle-2/

_____________________________

(*1) Dans les premiers siècles de la chrétienté, il n’était pas permis de représenter Dieu, ancienne doctrine basée sur l’Ancien Testament (Exode et Deutéronome). Mais l’évolution métaphysique de l’art a permis aux artistes, dessinateurs, peintres et sculpteurs et autres de représenter Dieu par la suite. Pour plus de détails sur cette évolution, voir le philosophe allemand Hans-Georg Gadamer et l’analyse du philosophe François Doyon au http://www.ledevoir.com/societe/le-devoir-de-philo/434430/le-devoir-de-philo-gadamer-contre-l-interdiction-de-representer-mahomet. À noter que les musulmans chiites ont évolué également dans ce sens. Les images du Prophète sont répandues chez eux puisque le Coran n’interdit pas sa représentation. «Mais pour un grand nombre de musulmans, notamment les sunnites, la simple représentation du Prophète pose problème» et est strictement interdite.

(*2) https://www.youtube.com/watch?v=hVkWgksDZDI

(*3) http://www.ledevoir.com/societe/medias/428549/c-est-pas-un-supermarche

(*4) Dans un article de Coocoo (2012) que j’ai reproduit sur mon blogue, il en appelle à une assemblée «regroupant des personnages appelés les hommes médecines, les saints hommes, les poètes, les sages, les grands humanistes et les sans-abris. C’est drôle, j’aurais plutôt dit : les femmes médecines (chamanes, sage-femmes, herboristes et praticiennes des médecines douces), les saintes femmes, les poétesses, les grandes humanistes et ainsi de suite, héhé. Mais on accepte les deux… Comme cela est arrivé à l’événement MITSHETUTEUAT, avec un peu ce genre de regroupement improbable de personnes proposé par Coocoo, mais en ajoutant les écolos, je pressens que les hommes vont, au cours des suivantes générations peu à peu apprendre à se taire et à écouter plus leurs femmes (voir https://evemarieblog.wordpress.com/2014/04/11/mitshetuteuat-cercle-de-parole/). De cette inversion progressive des polarités, émergera une nouvelle forme d’être au pouvoir.  Cette sensation m’a aussi été inspirée par le poète François Guerrette dans son recueil «Pleurer ne sauvera pas les étoiles», dans son chapitre émouvant «Aux hommes : attention à la foudre qui dort »(2014). Voir cet article de Coocoo au https://evemarieblog.wordpress.com/2013/02/20/gestion-attawapiskat-2/charles-coocoo_decolonisation-tradition-et-guerison/

Mes corps bruts

rassemblement d'espaces

le Blogue de la Bibliothèque publique de Pointe-Claire

Programmation pour adultes et audiovisuel

REEF

Life in the vast human ocean

Club de lecture en ligne

4 out of 5 dentists recommend this WordPress.com site

El blog de Gabrielvl

Memoria de cosas valiosas, interesantes, divertidas o bellas

savoymedia

OSER le dire, OSER l'écrire, OSER le lire, OSER comprendre!

Humeurs Numeriques

Qui suit un autre, il ne suit rien : Il ne trouve rien : voire il ne cherche rien. (Montaigne)

Politique scolaire québécoise

La démocratie, en milieu scolaire???

blog OcraM

barbos . photos . blablas

%d blogueurs aiment cette page :