On se tricote un avenir 01-06-12 PLAN HANCHE

La Tricoteuse du peuple. Crédit photo: Pierre Chevalier

Je serai au Parc Lafontaine, à côté de l’Espace Lafontaine (Montréal)  les samedis 21 avril et 5 mai 2018, vers 15h* dans le cadre de l’événement Feu Feu Joli F organisé par l’Atelier Mange-Camion.

J’inviterai le public à monter maille par maille un nouveau Tricot du peuple collectif et à y mettre, dans votre geste et vos paroles, nos meilleures pensées et élans du cœur pour l’avenir du peuple. J’aimerais parler avec vous pendant qu’on fait ce Tricot : si vous aviez à écrire une constitution, comment vous y prendriez-vous? Quels récits, raisons ou sagesse devraient selon vous inspirer la réalisation d’un tel écrit ? Quelles responsabilités devrions-nous prendre et partager pour élargir le bien commun et favoriser un développement humain respectueux des personnes et du vivant dans nos sociétés ? C’est cette trame du peuple que nous voulons constituer, refaire notre tissu social si éraflé, créer peut-être un maillage entre les personnes.

***

Tricoter ensemble, montrer/apprendre à tricoter, puis éventuellement échanger ou méditer sur l’avenir du Québec, tel est l’objet et la gestuelle concrète de cette performance artistique. C’est un art de la conversation.

 

Durant le printemps érable, lors de l’occupation du parc Lafontaine en 2012, j’ai remarqué que le fait de me tenir sur le trottoir pour inviter les gens à y participer créait comme une porte d’entrée à l’activité… et éventuellement, pour certaines personnes, permettait de s’intéresser aux ateliers d’Occupons Montréal** où je participais également. C’est une bonne stratégie relationnelle : je suis là avec mes deux Tricots collectifs : c’est spontanément vu comme une activité familière (qui permet l’échange) par les passants et par le public qui viennent voir, cette fois-ci,  une installation au sujet de la mémoire de la bibliothèque du Parlement du Bas-Canada incendié par les Anglais en 1849 (montée par Mathieu Parent).

Je suis là pour engager la conversation avec des questions sur l’écriture d’une éventuelle nouvelle constitution, une vision d’un bien et d’un sens commun et tout ce qui nous passe par la tête et le cœur ce jour-là… et ça crée un lien avec les inconnus… parce que les gens sont généralement timides (comme moi) et les personnes ont tellement besoin de parler et d’être écoutées, en ce moment plus que jamais.

Lors de mes plus récentes expériences comme Tricoteuse du peuple, j’ai beaucoup parlé de vivre-ensemble et d’immigration, notamment pendant les activités du 375e de la fondation de Montréal. Pendant les Journées de la culture, j’ai aussi parlé de l’avenir du Québec et d’art. Au parc Lafontaine en 2012, j’avais rencontré un biologiste qui avait longtemps vécu en Chine et m’a parlé de leur relation aux étrangers et de sa théorie sur la disparition progressive de l’immigration au Québec. Incroyable ! Au parc Émilie-Gamelin cette même année, lors de ma 1re performance, une itinérante m’avait raconté comment la police traitait son père dans les années 1950 lorsqu’il était drogué, et je l’avais admiré dans sa résilience. Elle n’était pas habituée à ça, on avait eu les larmes aux yeux ensemble, se serrant les mains. Elle était repartie les yeux brillants. Touchant ! Au parc Molson, j’avais longuement conversé avec un nouvel arrivant, artiste immigrant du Maroc, qui ne pouvait évidemment concevoir de critique à l’égard de son pays d’adoption. Même l’expression « printemps arabe » en français, il ne l’avait jamais entendue avant. Surprenant ! Bref, ces performances sont tissées de rencontres éphémères et de conversations enrichissantes… et parfois inattendues, et il me reste dans les mains le merveilleux travail collectif tricoté, les vibrations des conversations captées par la laine et les couleurs.

Alors, créer une petite rivière relationnelle qui y mène ou qui sort de l’installation de l’Atelier Mange-Camion, c’est vraiment plaisant !

Plus de détails sur l’ensemble de l’événement au https://www.feufeujolif.com/programme

________________________________

 

* Événement annulé en cas de pluie

** Dans la foulée des occupations de lieu public menée par le Mouvement Occupy en 2011, un peu partout dans le monde,a fin de questionner l’économie du «1%».

 

Publicités