Bye bye 2015

Les comédiens sont Patrice L’Ecuyer, Hélène Bourgeois Leclerc, Louis Morissette, Pierre Brassard, Véronique Claveau et Laurent Paquin. Les auteurs sont François Avard, Pascal Barriault, Jean-François Léger, Benoit Pelletier et Louis-Philippe Rivard. Les producteurs sont Louis Morissette, Alain Chicoine et Louis-Philippe Drolet.

Je sais que le sport national des Québécois est de critiquer la revue de fin d’année Bye bye depuis toujours… Qu’on le regarde desfois juste pour pouvoir le critiquer le lendemain… Mais…

Étant une artiste, une poète moi-même, j’ai à cœur plutôt d’encourager les artistes et les auteurs que de les descendre.  Ayant déjà fait de la radio, j’essaie de les critiquer pour qu’il améliore leur art.

Mais… fois-ci, je crains de ne pas pouvoir arrimer ce juste équilibre, bien que certains sketches m’aient fait ricaner méchamment avec eux, en particulier celui sur l’ex-président du Comité olympique canadien Marcel Aubut (1).

 

J’écoutais justement aujourd’hui, lendemain du jour de l’an, sur la radio de Radio-Canada, l’émission où la chanteuse et auteure Isabelle Boulay rencontre virtuellement Édith Piaf.

On y entendait notamment la pianiste et compositrice de chansons de Piaf, Marguerite Monnot dire substantiellement (je recopie de mémoire) :

« On ne peut pas être un grand artiste si on ne sait pas parler d’amour sincère. »

 

Le rire jaune devient noir sang quand il ne sait rire que de la bêtise humaine des vedettes et personnalités de la vie publique, quand il n’est animé que par le désir de ne plus croire en rien, et nourrir le peuple de son cynisme, voire de sa vulgarité qui est trop souvent l’apanage des réseaux sociaux, comme l’a très bien fait remarquer la journaliste Anne-Marie Dussault dans un autre programme de la SRC. Les auteurs de cette revue, seulement inspirés par la bêt-ise, deviennent-ils bêtes et complices eux-mêmes en minables transmetteurs de la bêtise? N’aurait-il plus que leur propre vide à transmettre ?

Je me questionne également sur leur direction de jeu d’acteur. N’y a-t-il que ces grossières figures, scène après scènes à se mettre sous la dent ? Un peu de subtilités svp, le public est capable de comprendre les émotions plus subtiles! Pourtant Louis Morissette a fait un bon portrait cinglant de notre société de consommation dans son film «Le Mirage » cette année. Ce film a été LE plus vu par les Québécois cette année. On peut, on doit critiquer la société, mais sans tomber dans les travers que l’on veut dénoncer soi-même.

À part la chanson qui nous offre un moment d’humanité, on reste profondément triste, désemparé et perdu pour commencer la nouvelle année. Un vrai turn off, comme le disent les Anglais…

 

Enfin, le fait de continuer après minuit est vraiment de trop. Laissez donc les familles et les amis prolonger leurs vœux de minuit et leur réjouissance au lieu de les biberonner encore un peu!

 

J’attendrai que ces auteurs retrouvent un peu d’âme à la tendresse et s’intéressent aussi à la sans doute plus cachée beauté du monde en ces temps de déroute, des vrais bâtisseurs qui ont quelque chose à proposer, mais qui ont moins fait les manchettes. On pourrait demander la même chose aux journalistes, d’ailleurs!

Pour 2016, souhaitons que notre façon de consommer les médias et les réseaux sociaux changent et qu’on se montre plus exigeants et plus soucieux à cet égard, tout en gardant une petite touche d’autodérision et de rire… salutaire.

Bonne année grand nez, à tous mes lecteurs et lectrices !

***

DERNIÈRE NOUVELLE

Il parait que la revue radiophonique «À l’année prochaine», exceptionnellement en format télé est bien meilleure! Voir http://ici.tou.tv/a-l-annee-prochaine

_________________

(1) Après un plainte de harcèlement sexuel, il s’excuse et démissionne. http://ici.radio-canada.ca/sports/Jeux-Olympiques/2015/11/19/001-president-coc-marcel-aubut-peter-lawless-tricia-smith.shtml#!

 

Advertisements