De mes archives, 1999

 IMG_20150214_0001À la fin des années ’90, le nombre d’immigrants commençait à être visible à Montréal et nous commencions à comprendre qu’un jour, leurs enfants seraient majoritaires à Montréal. On commençait à réaliser la richesse de leur apport; c’est le point de vue (aujourd’hui devenu une habitude, voire un cliché) que je défendais à l’époque, en faisant connaitre un peu leur travail, leur questionnement et surtout leurs difficultés. J’y affirmais, entre autres, qu’au début du 21e siècle, ce serait les artistes migrants qui renouvelleraient les arts à cause de leur expérience unique en si grand nombre dans l’histoire humaine. Je pensais que les questions identitaires deviendraient au centre des discussions. Je ne me suis pas trop trompée… Néanmoins, en conclusion, par discipline journalistique, je me méfiais de moi-même, de mon si grand enthousiasme et de mes lunettes (peut-être) roses; j’émettais en filigrane des doutes sur l’unique positivité de l’immigration.

Depuis j’ai travaillé et enseigné la langue aux immigrants adultes. J’ai appris à les connaitre. Depuis les premières avancées de l’interculturalisme au Québec, après la Commission sur les accommodements raisonnables de Bouchard-Taylor, après la Charte avortée sur la laïcité, les valeurs québécoises et le voile des musulmanes (voir ma série d’articles sur ce sujet) et après les multiples événements de radicalisme, intégrisme ou terrorisme issu principalement d’une fange imbuvable et dangereuse de l’islam, on est maintenant collectivement mûr pour se poser ces questions : à quel moment une société cesse-t-elle d’être capable d’intégrer correctement ses immigrants ? Quels sont les facteurs psychosociaux du risque de nous faire tomber dans un repli identitaire, un nationalisme de droite, voire des violences ethniques, religieuses ou antidémocratiques (comme celle de Charlie Hebdo et autres -voir ma série d’articles sur ce sujet) ? Voilà les délicates questions que la gauche hésite encore à poser. En 1995, j’ai écrit un récit-conte poétique qui se passait dans un avenir rapproché (donc plus ou moins en ce moment…) où je plaçais le décor social de mon héroïne Amanda, dans une post-4e guerre mondiale, urbaine et larvée par des… terroristes qui font sauter des églises et où on apprend un grand scandale opéré sur des « câbles optiques » (la technologie des fibres optiques pour le câble télé commençait à peine à l’époque) devant les tribunaux militaires. Vous pouvez trouver un extrait de ce récit sur mon blogue au https://evemarieblog.wordpress.com/2013/12/26/refusons-la-societe-de-surveillance-et-vive-edward-snowden/ Voici donc rétrospectivement  l’intégrale de cette recherche sur l’intégration des artistes émigrés que j’avais réalisée en 1999, pour le compte de le revue d’art Esse Arts + Opinions à Montréal.

Ève Langevin_Esse Arts 1999_p.2

Auteure : Ève Langevin, Esse arts + opinions, 1999

Ève Langevin_Esse Art 1999_p.2b

Enter a caption

 

 

 

 

 

Ève Langevin_Esse Art_1999_p.3

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure, Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999_p.8

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999 (suite de l’article plus haut, p. 41)

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Art, 1999

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Ève Langevin_Esse Art_1999_p.28

Auteure : Ève Langevin, Esse Arts, 1999

Auteure : Ève Langevin, revue Esse Arts + Opinions, 1999

Auteure : Ève Langevin, revue Esse Arts + Opinions, 1999

Advertisements