Proposition dans la Charte des valeurs

Proposition dans la Charte des valeurs québécoise

«La dignité humaine ne dérive pas de la religion mais la précède.» Hitchens (*a)

Après quelques lectures et autres discussions ces deux dernières semaines, mais surtout basé sur mon expérience quotidienne avec les immigrants depuis de nombreuses années, mon point de vue évolue et  je crois que je suis de plus en plus d’accord avec le projet de Charte des valeurs, même s’il reste encore des points de compromis, des éclaircissements à faire et des contradictions à résoudre.

Quatre des cinq principes proposés par le gouvernement du Parti québécois font consensus, soit l’égalité hommes-femmes, le devoir de réserve et de neutralité du personnel de l’État, donner et recevoir un service à visage découvert, établir une politique pour les demandes d’accommodements religieux.

Le principe qui fait débat actuellement est surtout celui de la nécessité ou non d’encadrer le port des signes religieux pour le personnel de l’État public et parapublic et si oui, comment le faire ? (1)

hijab au travail 2

policière au travail dans un autre pays, avec son hijab (petit voile)

–          La neutralité de l’État et la fonction de la personne devraient être exprimées par des vêtements neutres : c’est ce qu’on demande déjà aux pompiers, policiers, juges, etc. qui portent tous des costumes quand ils travaillent. Je vois de moins en moins quel « droit » on bafouerait en demandant aux employés de l’État de retirer les accessoires religieux dits ostentatoires (visibles). Si à l’ONU, on ne porte aucun signe religieux, si dans d’autres villes plus cosmopolites, on voit rarement des femmes voilées, quel est le vrai problème (2)? N’y a-t-il pas de la naïveté à vouloir faire des exceptions?

–          La question des droits doit être balancée par celle de la responsabilité : or c’est la responsabilité des fonctionnaires et autres employés des secteurs parapublics de ne pas indisposer, influencer les contribuables, patients, élèves en affichant trop clairement leur appartenance religieuse. Pour prendre un exemple extrême, je serais franchement très mal à l’aise d’arriver à la garderie avec mon enfant et que toutes les personnes soient voilées et recouvertes de la tête au pied même à 30°. Ce costume crée un mur entre les personnes. À terme, il ne favorise pas l’intégration. Avec le niqab et la burqa (voile intégral), le mur est encore plus évident et le retrait du contact public plus prononcé.

calotte et burka musulmans

calotte et niqab musulmans

Par contre, je l’accepterais si j’allais vivre en Égypte ou en Arabie. Imaginez maintenant un infirmier juif portant la kippa sur la tête qui prend soin d’un patient musulman… radical (=islamiste). Pas très bon pour sa guérison… Il demandera un autre, ça créera des complications. Ou imaginez un homme qui refuse que sa femme ou sa fille soit soignée ou accouchée par un autre homme. Que fait le personnel soignant? N’y a-t-il pas d’autres choses plus urgentes à régler? En  Amérique, monsieur, madame ne peuvent pas vivre comme dans leur pays.

kippa juive

kippa juive

Le débat social a parfois pris une tournure complètement déformée : il ne s’agit pas d’empêcher les gens de pratiquer leur religion !! Il importe de remettre les pendules à l’heure, de recadrer le débat et de calmer les esprits échauffés : il s’agit de réglementer le costume des fonctionnaires.

hijab au travail3

Hidjab/voile au travail. Le débat social est déjà récupéré par le marketing d’un hôpital en… Ontario. Au Québec, la Fédération des infirmières (FIQ), le syndicat avait déjà pris position pour la neutralité de l’État, mais avec «une période de transition» et pour un modèle de laïcité ouverte et non-coercitive. Elle rendra publique sa position spécifique sur la Charte prochainement.

Gravure de Jeanne Mance

Gravure de Jeanne Mance, missionnaire française laïque, ad 1660. Cofondatrice de Montréal et fondatrice de l’hôpital Hôtel-Dieu pour les sœurs de la Société Notre-Dame de Montréal

Portrait de Marguerite Bourgeoys par Pierre Leber, 1700.

Portrait de Marguerite Bourgeoys par Pierre Leber, 1700. Elle était enseignante et membre laïque de Congrégation Notre-Dame de Montréal (catholique)

Sur le plan des traditions, nous demandons aux immigrants de les partager avec nous lorsqu’ils viennent habiter dans notre pays. Tous les nouveaux arrivants, sauf exception, s’attendent à cela lorsqu’ils débarquent chez nous, je peux vous l’affirmer sans aucun doute puisque j’ai souvent discuté de cela avec mes étudiants.

tchador

tchador musulman (grand voile)

tchador Lev Tahor

Costume religieux porté par les femmes et le filles dans la secte juive Lev Tahor

Or comme en France, c’est surtout la question du voile chez les femmes musulmanes qui fait jaser et qui crée des clivages actuellement. Notez que certains groupes fondamentalistes juifs portent également un genre de tchador ou grand voile, qui couvre les femmes (et même les filles) complètement, sauf leur visage. Chez nous, il y a bien longtemps que les Québécoises ne se couvrent plus les cheveux en signe de modestie (3).

bonnet

Répliques de bonnets portés par les femmes du peuple de la colonie française au Québec (17e s.)

Au Québec, les religieuses catholiques ont à la fois été forcées (de par l’opprobre populaire) et ont choisi de retirer leur voile dans les écoles et sur la rue pendant la Révolution tranquille des années 1960 (4). Le voile est tout simplement d’un autre siècle. Néanmoins, je le tolère et l’accepte dans l’espace public, car je conviens que ça peut prendre un certain temps avant de changer ses habitudes. Je comprends et pratique dans mon travail tous les jours les différences dans une ville multiculturelle comme la nôtre. Plusieurs de mes étudiantes viennent voilées dans mes classes et je suis très à l’aise avec elles. Par contre je refuserais une femme avec le niqab (yeux seulement) ou le voile intégral, car pour apprendre une langue, on a besoin de voir l’expression complète du visage.

Autrement dit, c’est d’abord aux nouveaux arrivants de montrer leur bonne volonté de s’intégrer, en se montrant sensible à nos malaises : ils ont le fardeau de la preuve en se montrant accommodants et souples avec leur société d’accueil. Ce faisant, nous serons beaucoup plus tentés de l’être en retour. La tolérance et la communication ne commencent-elles pas par soi et par sa propre maison ? Les personnes qui donnent l’exemple sont habituellement plus convaincantes.

«De mon grand pays solitaire
Je crie avant que de me taire
À tous les hommes de la terre
Ma maison c´est votre maison

Gilles Vigneault, Mon pays

–          Par contre, ce qui m’énerve là-dedans, c’est que ces nouvelles mesures toucheraient surtout les femmes, et surtout celles, nombreuses, qui travaillent en garderie et dans le domaine de la santé. En renversant la perspective, juste pour faire boutade et faire réfléchir les hommes musulmans, à la limite j’accepterai cette modestie lorsque les hommes se couvriront la tête également, chose évidemment qui n’arrivera jamais (7). Alors?? C’est quoi, le fond de l’affaire? C’est néanmoins un dilemme pratique important et encore non-résolu par la discussion sociale, pour le quotidien et l’intégration au travail de ces femmes. Devrions-nous prévoir une période de transition, à la manière des clauses «grand-père» des syndicats pour protéger les anciennes, car le chômage sévit 2 fois plus chez les musulmanes ? D’un autre côté, comment s’intégreront-elles vraiment si elles continuent à porter le voile pendant des années encore ? À quoi bon se donner tant de mal pour des exceptions puisque, selon une interprétation libérale (contesté par les conservateurs) du Coran, rien n’oblige les femmes à mettre le hijab (ni à faire prière dans l’espace public 5 fois par jour), c’est pourquoi de très nombreuses femmes pratiquantes dans les pays musulmans ne le portent pas. Bref, ce que je comprends pour l’instant, c’est que les femmes musulmanes qui choisissent de le porter, le font soit par habitude, soit par nostalgie/attachement identitaire (pour celles qui ne le portaient pas dans leur pays et le portent ici), soit pour se conformer aux conventions ou aux pressions de leurs milieux immédiats –comme l’ont démontré des cas documentés en France où des jeunes filles, sous le couvert de l’anonymat (!), ont supplié le législateur d’interdire le voile à l’école (5)– qui sont soit conservateurs, soit radicalement pour un retour en arrière avec la charia.

«Le voile n’est pas un bout de tissu anodin, comme on le prétend. Bien au contraire, il véhicule le prosélytisme d’un islam fanatique et totalitaire. La plupart des musulmanes de Montréal ne portent pas le voile. Sont-elles moins pieuses pour autant ?» (6) Nadia Alexan, prof retraitée d’origine égyptienne

On n’a pas beaucoup entendu les hommes sikhs porteurs du turban ou du kirpan se plaindre dans cette histoire, vous avez remarqué?

hijab au travail

hijab/voile/foulard musulman et tchador ?

–          J’apprenais récemment que la Tunisie interdit le port de signes religieux dans sa fonction publique depuis… 1981. À cet égard, j’ai une anecdote à raconter qui m’a donné froid dans le dos. Une de mes collègue canado-tunisienne m’a raconté que lorsqu’elle est retournée en vacances dans son pays d’origine, quelques mois après la révolution de jasmin, elle se promenait, comme à Montréal, avec un T-shirt à petites bretelles qui laissait voir un petit tatou. Un jour, un homme, habillé à l’afghane, l’a agressé en pleine rue, en plein jour en lui disant d’aller se rhabiller. Elle s’est retrouvée à l’hôpital. Le médecin, qui l’a soignée et qu’elle connaissait, un homme moderne et libéral, lui a dit : quand même, tu pourrais faire attention! De plus, à peu près au même moment, sa sœur, qui ne s’est jamais voilée non plus, mais qui est restée en Tunisie, s’est fait demander, avec beaucoup d’insistance, par un chauffeur de taxi, donc un parfait inconnu, quand est-ce qu’elle allait mettre son hijab! Incroyable comment les hommes se donnent la liberté de contrôler le corps des femmes. Il faut rester très vigilant avec cela. Un pouce = un pied… Lui demandant récemment de commenter cette expérience, elle me dit que le fait que son agresseur venait probablement d’Afghanistan «rend la chose encore plus grave. Si la Tunisie va être sauvée, elle le sera grâce à ses femmes qui résistent et qui résistent… et qui refusent de voir leurs enfants voir et vivre l’inexplicable.» Évidemment, c’est loin, c’est pas chez nous, mais c’est juste pour illustrer ce qu’il peut y avoir en dessous de cette histoire de voile, et ce, malgré tous les discours de «liberté» et «choix complet» dont les femmes d’ici qui le portent nous assurent, alors le doute subsiste. Des hommes intégristes ou ultra-orthodoxes voyagent partout dans le monde pour influencer, voire terroriser les populations locales. Ce prosélytisme est tout simplement inacceptable. Gare à la manipulation! Au sujet de notre débat sur la Charte, ma collègue tunisienne me répond : «la religion est quelque chose de très personnel et on n’a pas à afficher ses croyances. Le Canada est un pays multiculturel et comme tu l’as si bien, dit un pouce = un  pied (8).»

« Les musulmanes portant le voile qui se prétendent féministes trahissent le combat mené par ces femmes héroïques, qui se sont débarrassées du voile, symbole du patriarcat. […] en portant le voile de l’aliénation, elles montrent qu’elles ne veulent pas s’intégrer. » Nadia Alexan (5)

–          Enfin, il importe de faire l’effort de sortir du présent et d’imaginer quel type de Charte aura le meilleur impact et des conséquences bénéfiques pour le futur, alors qu’il y a aura vraisemblablement de plus en plus d’immigrants. En ce sens, il importe de fixer des balises dès maintenant. De plus, dans une étape subséquente, il me semble que d’autres valeurs fondamentales des Québécois devraient faire l’objet de débat puis être incluses par consensus dans la Charte pour la bonifier. Occupons Montréal, a fait la démarche en 2011-2012 en produisant un document final intitulé : «Déclaration des engagements individuels et collectifs», publié au https://evemarieblog.wordpress.com/les-engagements-d-occupons-montreal/ et au http://www.occupons-montreal.org/?page_id=5

–          Le seul argument négatif que je retiens est justement dans cette projection dans l’avenir. Si le multiculturalisme à l’anglaise a créé des communautés fermées et parfois sectaires (on l’a vu avec les attentats de Londres en 2005, perpétrés par de jeunes islamistes… nés en Angleterre); mais le républicanisme à la française avec une pseudo-intégration forcée n’a pas marché non plus (on l’a vu avec des émeutes à répétition dans les banlieues d’immigrés). Bref, quel est le meilleur outil à court et long terme pour intégrer les immigrants ? : telle est la question de fond. Il importe d’affirmer clairement nos valeurs et nos façons de faire, tout en évitant les replis communautaristes et les crispations identitaires (les nôtres et celles de certains immigrants) d’une exclusion choisie. Pas simple comme nouveau contrat social.

Et pour vous?

___________________________________________

niquab

Photo ironique d’une femme en burqa se prenant pour Marilyn Monroe pour l’anniversaire du magazine féministe La Vie en rose, il y a une dizaine d’années

(a) Christopher Hitchens est un philosophe, journaliste et essayiste britanno-américain contemporain. Plus de détails au http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/395206/hitchens-appuierait-le-projet-de-loi-60

(1) http://www.nosvaleurs.gouv.qc.ca/fr

(2) «J’ai passé les 20 dernières années de ma carrière à l’ONU. J’ai aussi travaillé dans plusieurs autres organisations internationales. Dans tous ces cas, j’étais entouré de nombreux collègues juifs, musulmans et sikhs, entre autres. Je n’ai pratiquement jamais vu de signes vestimentaires religieux, ni turban, ni kippa, ni voile — surtout pas de voile –, ni chez les fonctionnaires de l’ONU ni chez les délégués ou visiteurs des différents pays.

Or, fait frappant, quand je viens à Montréal, je vois plus de femmes voilées en une journée que je n’en ai vues en 20 ans à l’ONU, à New York ou à Genève, à l’ONU ou en ville. Comment se fait-il que l’on voie autant de femmes voilées à Montréal et que l’on n’en voie pratiquement jamais dans ces villes cosmopolites ou dans les bureaux et les missions de l’ONU? N’y aurait-il là que des mécréants et des impies?

Par ailleurs, de passage à Toronto je n’ai pas vu là non plus autant de femmes voilées qu’à Montréal, et de beaucoup. N’y a-t-il pas lieu de s’interroger sur les causes de cette frénésie de manifestations d’intégrisme au Québec.» André Sirois, L’Aut’Journal, 9-10-13

(3) Au temps de la colonie française du 17e s., la mode et les conventions voulaient que les femmes se couvrent la tête avec un bonnet, sans que cela ne soit un signe religieux.

(4) La religieuse sœur Dumont a récemment témoigné de cette expérience à la radio d’État en disant que le voile faisait comme un mur désagréable entre elle et les autres personnes non-voilées :

«Le but de la religion est que les humains deviennent meilleurs. C’est une question de paix. Il n’y pas un voile qui peut être plus fort que la paix. C’est l’argument suprême. Il n’y a pas de religion qui a demandé à ses fidèles de se voiler. Ce sont les traditions qui nous l’ont imposé. » http://www.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2013-2014/chronique.asp?idChronique=315050

«Que nous le voulions ou non, les signes religieux trop apparents dressent un mur et créent un malaise.»

http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/388881/adieu-coiffe-voile-corset-cape-capuche-etc

(5) La commission Stasi (2003) pour une réflexion sur l’application du principe de laïcité à l’école, au travail, dans les services et lieux publics a examiné, notamment, la question du port du voile dans les écoles françaises. À la suite de son interdiction, 144 jeunes filles voilées se sont retirées… dans toute la France. Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_Stasi

(6) Voir in http://www.ledevoir.com/politique/quebec/389246/arretons-de-dorloter-l-integrisme

(7) En fait, cela arrive parfois… pour manifester un appui aux femmes, ou à un homme déguisé en femme… pour échapper à la police politique, comme témoigne cette nouvelle en 2009 en Iran : http://blogues.lapresse.ca/hetu/2009/12/17/pourquoi-ces-hommes-portent-ils-le-tchador/ et http://iran.blog.lemonde.fr/2009/12/15/le-tchador-masculin-envahit-le-web/ : «Le blog Spittoon.org, spécialisé dans la religion et la politique dans le monde musulman, interprète la photo [de Majik Tavakoli déguisé en femme avec un tchador] comme étant une tentative pour les autorités iraniennes «d’humilier (Tavakoli) en utilisant une vieille pratique du gouvernement pour prouver au public que les leaders de l’opposition sont « moins que des hommes » et manquent cruellement de courage et de bravoure .» C’est tout dire sur la signification de ce vêtement dans la culture traditionnelle perse.

tchador au masculin

Tchador… au masculin, en appui à la campagne iranienne «Nous sommes tous Majid»Tavakoli.

(8) Expression comme pour dire 1mm = 10 cm.

*/*

8 avril 2015

Suite à une recherche pour un autre article sur les autochtones, je tombe sur cette photo :

Selk’nam, à gauche costume et maquillage pour le rituel du Haïn. À droite, «clown sacré» maquillage des Shoorts, sorte de police et de gardien du territoire, également responsable de réprimer les femmes insoumises. Dans le rituel du Haïn, lors de leur dernier rituel avant leur extermination en 1923, Terre de Feu. Crédit photo: Anne Chapman. Dans la pièce d’Ondinnok, on raconte comment l’un d’entre eux brula la vulve d’une femme infidèle qui avait profité de l’absence des chasseurs pour coucher avec tous les jeunes hommes de la tribu. Ce rituel n’est pas sans faire penser à celui de la lapidation des femmes infidèles ou prostituées dans la Bible et dans les traditions musulmanes. Bien sûr, l’homme infidèle, lui, est rarement inquiété, habitude acquise probablement quand les hommes ont compris leur rôle dans la procréation pour «protéger» leur lignage et leur descendance… et qui fonda, peut-être, le patriarcat.

c Autochtones Selk’nam de la Terre du Feu (Argentine/Chili) aujourd’hui exterminés (!). À gauche, costume et maquillage pour le rituel d’initiation des jeunes hommes appelé «Haïn». À droite, «clown sacré»avec le maquillage des «Shoorts», sorte de police et de gardien du territoire, également responsable de réprimer les femmes insoumises. Dans le rituel du Haïn, lors de leur dernier rituel avant leur extermination en 1923. Crédit photo: Anne Chapman. Dans la pièce d’Ondinnok (Montréal), on raconte comment l’un d’entre eux brula la vulve d’une femme infidèle qui avait profité de l’absence des chasseurs pour coucher avec tous les jeunes hommes de la tribu. Ce rituel n’est pas sans faire penser à celui de la lapidation des femmes infidèles ou prostituées dans la Bible chrétienne et dans les traditions musulmanes. Bien sûr, l’homme infidèle, lui, est rarement inquiété, habitude acquise probablement quand les hommes ont compris leur rôle dans la procréation, pour «protéger» leur lignage et leur descendance… et qui fonda, peut-être, le patriarcat.

_________________________________________

Autres liens intéressants :

http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/277804/guy-rocher-invite-le-quebec-a-achever-sa-laicisation

http://michelvenne.inm.qc.ca/?p=277&utm_medium=email& utm_campaign=Infolettre+d%27octobre+2013+-+Et+si+on+…&utm_source=YMLP&utm_term=En+qu%26ecirc%3Bte+de+la%26iuml%3Bcit%26…

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/387251/engouement-pour-le-manifeste-anti-charte

http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/388738/les-religions-indiscretes-doivent-respecter-la-societe-civile

http://www.lactualite.com/opinions/le-blogue-de-manon-cornellier/suggestions-de-lecture-pour-ou-contre-la-charte-des-valeurs-quebecoises/

– Le cinéaste Teri Gillian dit que cette histoire lui fait penser à « Monty Python, la Vie de Brian » (la scène de la lapidation :-) . C’est autorisé, ce film, en Iran ? Après tout, ça se moque du christianisme, pas de l’Islam, donc y aurait pas de raisons de l’interdire… Ça ferait peut-être rire les iranien(e)s (qui doivent en avoir bien besoin). Voir ce film hilarant des Monty Python : http://www.youtube.com/watch?v=MIaORknS1Dk.  Gullian : «Ça y est… j’ai retrouvé le lien vers la fameuse scène de la lapidation, où des acteurs masculins jouent le rôle de femmes qui se mettent des fausses barbes pour se faire passer pour des hommes pour pouvoir participer à une lapidation dans l’Antiquité…» Source : blogue du journal Le Monde.

Publicités