Verb Conjugation

Verb Conjugation (Photo credit: Aaron Landry)

« une nation qui parle une autre langue que la sienne perd insensiblement son caractère.» Meilhan, 1795

Il semble que le sujet soit dans l’air du temps…  Dans le journal Le Devoir d’aujourd’hui, on rapporte les démarches et les propos d’un haut fonctionnaire de l’ONU, dont je vous rapporte quelques extraits car seuls les abonnés ont droit à la version internet.

«Avec les années, Dominique Hoppe a vu la situation du français se dégrader rapidement dans les organismes internationaux. À l’Office européen des brevets par exemple, il y a 30 ans, tous les fonctionnaires parlaient les trois langues officielles de l’organisation : le français, l’anglais et l’allemand. ‘Aujourd’hui, tout se déroule en anglais, dit-il. Même lorsque des francophones se réunissent, ils leur arrivent de se parler en anglais !’»

Et plus intéressant, encore : «Avec l’anglais, c’est la pensée unique qui s’impose, dit-il. Comme les fonctionnaires ne parlent qu’anglais, tous les logiciels, les modèles économiques, sociologiques ou de gestion de projets sont anglos-américains. Puisqu’ils parlent mieux l’anglais, ce sont les anglophones qui finissent par occuper les postes les plus influents.»

«Il s’agit d’un combat pour préserver la diversité culturelle, dit-il. On ne sauvera pas la langue si on sauve pas la culture.»

Voilà donc un excellent exemple de comment le bilinguisme finit par devenir unilinguisme, impose sa culture et sa vision du monde. Et comment le combat pour le développement et le respect du français chez nous en est encore un d’avant-garde. Autre exemple actuel : les Jeux olympiques. Voilà pourquoi je milite en faveur d’une seule langue d’échange à Occupons Montréal. Ce qui ne veut pas dire sans souplesse et sans exception. Chaque personne, bien informée et consciente de cet éternel dilemme et enjeu profond qui fait partie du projet de société que nous essayons de mettre de l’avant, choisit à l’occasion les moments où c’est tout simplement plus utile de parler ou d’écrire en anglais. Je crois que dans une petite organisation, la confiance et l’ajustement a préséance. Ce qui ne veut pas dire que ça nous épargne un débat, bien au contraire, c’est dans ce débat et cette réflexion qu’une meilleure compréhension va naitre, se développer et se maintenir.

http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/354579/les-pays-de-la-francophonie-doivent-agir?utm_source=infolettre-2012-07-14&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Ève Marie, 14 juillet 2012

Publicités